Saint Guénolé

Noms de Saint Guénolé

On retrouve Guénolé sous différents noms, selon les terroirs de Bretagne continentale ou de Bretagne insulaire : 

Bennoc, Guengalaenus,Guengaloeus, Guenole, Guénolé, Guignole, Guignolet, Guingalois, Gunnolo, Gunwalloc, Gwenndo, Gwennole, Gweno, Gwenol, Gwenole, Ouignoualey, Valois, Vennole, Vignevaley, Vinguavally, Walloy, Waloi, Walovay, Walow, Waloway, Wingaloeus, Winwalde, Winwaleo, Winwalloc, Winwalloe, Winwallus, Winwalloeus, Winwalœus, Winwaloc, Winwaloe, Winwaloi, Wonnow, Wynolatus, Wynwallow.


La Légende liturgique de Saint Guénolé

A la fin du Vème siècle, Fragan (ou Fregan) et Gwendoline1 (ou Gwen), débarquent en Bretagne. Originaire du Pays de Galles, ces évangélisateurs ne tardent pas à fonder une famille. Ils ont des jumeaux Jacut (Jagu) et Guéthenoc (Guézennec ou Gwezheneg ou Vennec ou Venec) puis Win-Walloë (Guénolé ou  Gwenolé), et une fille, Klervi (Klervia ou Clervie)†1.  

.

                     Sainte Gwenn alaitant ses jumeaux et Gwénolé (Eglise Saint Venec à Briec)                                    Saint Guénolé (Cathédrale de Quimper)


(1) Gwendoline, dérivé du Celte "Gwenn dolen" lit. "blanc anneau" et plus poétiquement "Lune Blanche". Sainte Gwenn est dite "an teir bronn" (lit. "celle aux trois seins" en Breton)


Une bien sainte famille, car tous seront élevés au rang de Saints Bretons.

Les enfants sont instruits à l'école monastique de St Budoc située dans l'île Lavret (archipel de Brehat). †2


Iles Lavret - Archipel de Bréhat

A 24 ans, le pieux Guénolé a une apparition de Saint Patrick qui l'incite a fonder un monastère. Avec onze compagnons, il s'établit sur l'îlot Tibidy à l'Hopital-Camfrout sur le fleuve Faou en rade de Brest. Puis il traverse la rade pour établir un monastère à Lantowinnoc (Landevennec) en 485. †3
 

Ruines de l'Abbaye Saint Guénolé à Landevenec


Le moine-abbé Guénolé meurt en 504. C'est le début de son culte qui s'étend de la Bretagne Armoricaine jusqu'au Pays de Galles : Guénolé est élevé au rang de Saint par la vénération populaire.
 

Le culte de Saint Guénolé

Saint Guénolé est représenté en moine ou en abbé, souvent avec une mitre. Il porte parfois le livre de la règle monastique et est parfois aussi accompagné d'un jard (voir †1, ci-dessous).

Il est invoqué par les femmes stériles, auxquelles il donne le pouvoir d'enfanter. Selon la légende, les femmes stériles venaient se frotter à la statue du Saint pour tomber enceinte et priaient aux fontaines (miraculeuses) Saint Guénolé...
Il était aussi invoqué comme guérisseur de maux : il chassait les verrues, soulageait des maux de tête et guérissait les névralgies. Il donnait de la force aux enfants malingres.
Les paysans l'invoquaient aussi pour prévenir les récoltes des menaces orageuses...


Miracles † de Saint Guénolé

1 Un jour, un jard goba les deux yeux de sa jeune soeur Klervi. Guénolé ouvrit aussitôt le ventre de l'oie pour les remettre à leur place. L’oie n’eut aucune séquelle et Klervi retrouva la vue. C'est pourquoi Saint Guénolé est le patron des Occulistes...

2 Le bateau qui emmenait Fragan et ses fils aux Iles Lavret pour entendre les enseignements de Saint Budoc, fut pris dans une tempête soudaine. Guénolé fit un signe de croix et le temps s'apaisa. Depuis, Saint Guénolé est invoqué pour la protection des marins pêcheurs et est deveneu le patron des femmes de marins-pêcheurs.

3 Pour se rendre à Landevenec depuis l'îlot Tibidy, Dieu ouvrit la mer devant lui, comme il le fit bien avant pour Moïse.

 

A Saint Guénolé

Ancienne Église Saint Guénolé (dite Tour Carrée)



Le culte a cessé d'être pratiqué en l'Église de Saint Guénolé (dite Tour Carrée) vers 1722, l'édifice étant tellement délabré qu'il menaçait la sécurité des ouailles.

Tout le mobilier liturgique de l'époque a disparu ou a été réaffecté à d'autres églises.

C'est pourquoi il n'y a plus de statue de Saint Guénolé dans l'ancienne église Saint Guénolé de Saint Guénolé en Penmarc'h, déconsacrée. 
Nouvelle Église Saint Guénolé (1954)

Saint Guénolé (Saint Guénolé en Penmarc'h)


Saint Guénolé (Saint Guénolé en Penmarc'h)


A droite de l'autel, dans la "nouvelle" église de Saint guénolé, on peut observer une deuxième statue de Saint Guénolé. Cette statue polychrome est très ancienne et date du XVème ou du XVIème siècle.


Elle fit probablement partie du mobilier liturgique de l'ancienne Église Saint Guénolé (Tour Carrée).


Et si ce n'est pas le cas, le romantisme nous incite à le croire...