LA COIFFE POCH FLAK DE KERITY

LES COIFFES D'ARTISANES :

La coiffe de Kérity est une coiffe d'artisane. Les coiffes d'artisanes ont une même caractéristique : Elles servent d'abord a préserver les cheveux dans un environnement de travail.

C'est pourquoi elles comportent de mêmes constantes dans leur constitution : Une poche arrière contenant les cheveux et un ou plusieurs rubans pour la maintenir en place.

On retrouve donc légitimement ce type de coiffes d'artisanes ou peut-être plus précisément ces coiffes d'ouvrières de conserveries (ou friteries), dans les lieux ayant de grandes densités en conserveries : Douarnenez, pays d'origine de la coiffe qui a tiré son nom "Penn Sardinn" du surnom de ses habitants ; mais aussi dans les cantons de Pont Croix, Plogastel St Germain, Audierne, Crozon... On les trouve aussi en Pays Bigouden à Ste Marine, l'Ile Tudy et bien sûr Kérity, où elles se "disputent le territoire" avec les Bigoudènes.

Le nom de "Penn Sardinn" est donc devenu générique pour ce type de coiffe.

Avant de nous intéresser à la coiffe de Kérity, la Poch Flak, voici un exemple de quelques coiffes d'artisanes de la région : Les coiffes Penn Sardin de Douarnenenez, de la presqu'île de Crozon et de l'Ile Tudy, légèrement différentes et la coiffe Pomponne de Pont Croix avec ses deux rubans pendants sur la poitrine. Et celle de Kérity.


Ile Tudy
Pont Croix

Presqu'île de Crozon
Douarnenez

Kérity ?


Comme Claude François avait ses Claudettes, Villard avait ses Villardettes, jeunes filles qui pratiquaient, en studio, un genre de mannequinat ethnique, comme on pourrait le dire à notre époque. (Voyez ces deux mannequins pour ces quatre de ces coiffes...)

Plus sérieusement, ces jeunes filles n'avaient pas forcément l'habitude de porter la coiffe avec laquelle elles étaient photographiées. Nous pouvons alors comprendre pourquoi il manque un "petit" détail à la coiffe "dite" de Kérity photographiée par Villard. Un "petit" détail qui fait toute la différence : Le haut de la coiffe n'est surmonté que d'un ruban SANS son "noeud" de dentelle.


LA COIFFE DE KERITY ou POCH FLAK :

Voilà un document représentant une vraie Kérityenne.


La coiffe Poch Flak (Littéralement Sac vide) est, en gros, composée de trois parties :

Un bonnet, le poch du (Littéralement Sac noir) fait de toile de coton noir, sert à protéger les cheveux réunis en chignon bas. Il est retenu par des épingles et par deux lacets (des rubans) de coton de même couleur passé dans un coulisseau. Tirés et noués sur un côté, ces lacets permettent au poch du de froncer autour des cheveux qu'il contient.

La coiffe de dentelle proprement dite est fixée sur le bonnet noir grâce à des épingles à tête nacrée. Deux longs lacets blancs en coton (des rubans), passés dans un coulisseau de la coiffe (à peu près au même niveau que les lacets noirs du poch du), noués derrière la nuque, froncent le bas de la coiffe puis remontent vers le haut de la tête pour y finir en noeud "papillon".

A ce stade, la coiffe ressemble fort à la Pomponne de Pont Croix...

Deux larges lacets de dentelle, ar patenoù, (Singulier : patenn) partent de la nuque pour remonter sur la tête en deux gracieuses courbes. Elles sont fixées au sommet de la coiffe par des épingles à la manière d'ailes de papillons, ailes sur lesquelles sont fixées (ou pas) les pointes des lacets blancs.


Poch du, Coiffe "de tous les jours" et épingles

LES DIFFÉRENTS TYPES DE COIFFES POCH FLAK DE KÉRITY :

A l'instar de la coiffe Bigoudène, la coiffe de Kérity peut comporter des caractéristiques quelque peu différentes, reflétant ainsi le statut de celle qui la porte :

La coiffe de tous les jours. C'est une coiffe en filet, non brodée, aux différents bords surfilés d'un picot tout simple ou avec dents. Simple, pratique et peu fragile quand on travaille à l'usine.

La coiffe de tout les jours "cheuc'h" ("chic" en français ). C'est une coiffe de tous les jours dont seuls les patennoù et la visagière sont brodés et dont les différents bords sont surfilés d'un picot épais avec dents. Un peu plus élégante, elle pouvait être portée, par exemple, par les coquettes ou les femmes tenant commerce.

La coiffe de cérémonie ou du dimanche. C'est une coiffe en filet entièrement brodée, fond, visagière et patennoù, et dont les différents bords sont eux-aussi surfilés d'un picot épais avec dents travaillées.

La coiffe de deuil. C'est une coiffe en gaze ou en tulle fin, non brodée et dont les différents bords sont également surfilés d'un picot tout simple avec dents.
Certaines grand-mères laissaient pendre leurs patenoù en signe de deuil... On voit bien ici, s'il était besoin de le souligner, la similitude avec la Pomponne !

Hormis sa silhouette générale, c'est un peu grâce au port de sa coiffe poch flak qu'un homme pouvait, de loin, reconnaître une femme.
C'est en effet à sa façon d'épingler ses patenou et de nouer ses lacets qu'une Kéritienne se distinguait d'une autre : Ses paténou plus ou moins dressés pik sur sa tête et ses lacets noués plus ou moins plats, les extrémités des lacets épinglés ou non sur les patenou. Bref, un bon nombre de combinaisons était possible !


Tante Yvonne Janvier ép. Briec


ORIGINES DE LA COIFFE DE KÉRITY :

Les similitudes entre la Pomponne de Pont Croix et la Poch Flak de Kérity sont troublantes.

Ce qui fait dire à certains qu'il est fort possible que la coiffe Poch Flak ait été amenée à Kérity par des familles de "travailleurs émigrés" de Pont Croix venus travailler dans les usines de friture de Kérity. Comme pour confirmer cette hypothèse, on découvre dans les registres d'État Civil du fin XIX ème, des mariages entre Kérityins et Plouhinecoises.
Plouhinec est situé à 3 km au sud de Pont Croix et ses quartiers nord (Kergoff, Kervennec,...) sont sous influence de la Pomponne. Certaines des Pomponnes de Plouhinec travaillaient dans les fritur de Poulgoazec, faubourg maritime de Plouhinec.
Importée par les travailleurs "immigrés" et par les mariages, la Pomponne est rapidement adoptée par les ouvrières artisanes de Kérity. Cette coiffe se serait alors distinguée de la Pomponne en remontant les patennoù pour des questions d'hygiène et de sécurité au travail (le patenn qui traîne dans la friture...) et pour marquer leur différence (le contraire eut été étonnant)...


SPHÈRE GÉOGRAPHIQUE :

Tout au long de son histoire, seulement 200 femmes (environ) ont porté la coiffe Poch Flak. Le nombre de ces femmes portant la coiffe d'artisane a donc été largement minoritaire par rapport à leurs copines et voisines Bigoudènes. La majorité des Poch Flaken était circonscrites au centre de Kérity et dans les quartiers entourant l'Eglise Ste Thumette : Talarou, Guernevez...


QUELQUES PHOTOGAPHIES :

Anna Corec

Aline Crédou ép. Le Dréau


Anna Le Gall ép. Le Rhun et une amie

Lisette Pochic et Louis Floch



Vous trouverez ici un montage "3 Dimensions" d'une coiffe Poch Flak...


Coiffe Poch Flak 3D