LE TESTAMENT COMPLET D'ADELAIDE-LOUISE DE BLOCQUEVILLE

Du testament fait en sa forme olographe, de Mme Adélaïde Louis Davout d'Eckmühl, marquise de Blocqueville, en son vivant propriétaire, veuve de M. Edmond-François de Couliboeuf, marquis de Blocqueville, demeurant à Paris, quai Malaquais, n° 9, où elle est décédée le sept octobre mil huit cent quatre vingt douze ; ledit testament déposé pour minute à Me Mahot de la Quérantonnais, notaire à Paris, soussigné, ainsi qu'il sera énoncé ci-après,

Des 23 pages du testament de la Mme Adélaïde-Louise Davout d'Eckmühl, il a été extrait littéralement ce qui suit, quant à ce qui concerne le Phare d'Eckmühl :

CECI EST MON TESTAMENT

Je n'entends ../..

Je nomme M. Le Myre de Vilers, ancien Gouverneur de Cochinchine, mon exécuteur testamentaire en tout ce qui concerne le phare d'Eckmühl.
Ma première et ma plus chère volonté est qu'il soit élevé un phare sur un point dangereux des côtes de France, non miné par la mer.
Mon vieil ami, le Baron Baude, m'a souvent dit que bien des anses des côtes bretonnes restaient obscures et dangereuses. J'aimerais que le phare d'Eckmühl fût élevé là : mais sur quelque terrain solide, granitique, car je veux que ce noble nom demeure longtemps béni... Les larmes versées par la fatalité des guerres, que je redoute et déteste plus que jamais, seront ainsi rachetées par les vies sauvées de la tempête. .
Monsieur Le Myre de Vilers, dont je connais la vaillante intelligence, et sur le dévouement duquel je crois pouvoir compter, voudra bien consulter pour l'érection de ce phare les hommes compétents.
Je consacre à cette fondation une somme de 300 000 francs, voulant ce phare digne du nom qu'il portera.
La statue de bronze du Maréchal qui est en ma possession, réduction de la statue érigée à Auxerre, ornera la salle basse du phare , et sur le socle qui supportera la statue on gravera le nom des batailles auxquelles le Maréchal a assisté. Sur une plaque de marbre incrustée dans la muraille on inscrira les paroles suivantes : Ce phare a été élevé à la mémoire du Maréchal Prince d'Eckmühl, par la piété filiale de Napoléon-Louis Davout, duc d'Auerstaedt, Prince d'Eckmühl, son fils unique, mort sans enfants et sa fille Adélaïde Louise d'Eckmühl, Marquise de Blocqueville, également morte sans enfants.

Mon bien-aimé frère et moi, également malheureux dans la vie, nous devons rester unis dans le souvenir. Ceux qui comprendrons cette pensée de douleur prieront pour lui et pour moi.

Fait et écrit à la main, ces vingt-trois pages d'écriture, 9 quai Malaquais à Paris, le 2 (deux) février 1885.

Signé : Adélaïde-Louise Davout d'Eckmühl, Marquise de Blocqueville.

Note :
Le testament dont extrait précède a été enregistré avec d'autres, déposés en vertu de la même ordonnance à Paris, deuxième bureau de notaires, le onze octobre mil huit cent qure-vingt-douze, folio 60, case 12, par M. de Feuillet, receveur qui a perçu pour droits : deux cent sept francs; amendes de timbres : treize cent francs; décimes : trois cent soixante seize francs soixante quinze centimes. Total dix hui cent quatre vint trois francs soixante quinze centimes.

Extrait collationné par Me Gustave Frédéric Mahot de la Quérantonnais, notaire à Paris, soussigné, sur l'original du testament olographe ci-dessus ennoncé de Mme la Marquise de Blocqueville susnommée, déposé au rang des minutes dudit Me Mahot de la Quérantonnais, le huit octobre mil huit cent quatre-vingt-douze, suivant ordonnance de M. le Président du Tribunal Civil de première instance de la Seine, contenue en son procès-verbal d'ouverture et de description dudit testament, en date du même jour.

Signé : M. de la Quérantonnais.