ÉPHÉMÉRIDES DU RECTEUR LE COZ 1905 - 1906

— Page 227 —

- 1905 -

3 janvier — Pierre Souron, président du Conseil de Fabrique, blessé à Lestriguiou, le 28 9bre en tombant de voiture, est mort hier d'une néphrite et a été enterré aujourd'hui. C'était un des rares hommes francs de la paroisse (Capitulation de Port Arthur)

18 janvier — Chute du ministère Combes. Ce renégat Combes, avant de partir, assouvit sa haine anti-religieuses en fermant 466 écoles Congrégationistes. Les pronostics de l'année 1905 sont très sombres, d'après l'Évêque de Nancy, Mgr Turinaz, et d'après la Semaine Religieuse du Diocèse. Nos populations sont averties depuis deux ans et plus ; elles n'ont point cru à la persécution. Aujourd'hui, quelques familles ouvrent les yeux et sont effrayées. Le peuple, par ses mauvais votes, a attiré sur lui le fléau de la persécution et des grèves ruineuses qui accablent notre pauvre patrie. Le Clergé (pas le peuple) s'attend à ce que nos églises soient fermées dans quelques mois, au moins momentanément.

24 février — Enterrement à Ploaré de Mr Gaingant, recteur de Tréguennec, remplacé par Mr Cariou.

19 mars — La France est le pays où l'on parle le plus de liberté et où en jouit le moins. Trente mille Francs-maçons et autant de Juifs tyrannisent, oppressent et volent, soit dit légalement, 40 millions de Catholiques. Les Français paraissent un peuple anémié, avachi, bon pour la servitude et l'annexion à d'autres peuples plus vigoureux.

— Page 228 —

- 1905 -

20 mars 1905 — Une fenêtre de la Sacristie est convertie en porte pour la commodité du Clergé et des fidèles.

— Ouvriers pour l'Adoration dernière, 12 - 16 février 1905 : M.M. Morvan, curé doyen ; Lavanant, recteur d'Ergué-Armel ; Grall, rect. de ST Jean-Trolimon ; Lanvénan, vicaire à Plogonnec ; Le Meur, vic. à Plobannalec.

— Le nouveau cimetière de St Laurent a une contenance de 59 ares. L'Asile St Joseph a une contenance de 68 ares 1/2, sans compter la place occupée par les murs extérieurs.

— Déjà, dans cette persécution faite au Catholicisme par la Franc-maçonnerie et la Juiverie, quelques renégats et quelques lâches s'affichent et se font gloire de leur trahison, de leur apostasie. A peine si dans cette paroisse on pourrait trouver une 1/2 douzaine d'hommes absolument dévoués, sûrs. Voir la liste dressée à la fin de ce cahier, pour les futurs Recteurs de Penmarc'h, si, comme en Afrique, il y a 14 siècles, la foi ne sombre pas même en Breiz.

31 mars 1905 — Mr Courtois, Recteur de Guilvinec, est frappé d'apoplexie pour la 2ème ou 3ème fois, le 27 mars. Mort le 30 mars, enterré à Trémaouézan dans la tombe de sa mère, le samedi 1er avril 1905. R.I.P.

15 avril 1905 — Remplacé par Mr François Henry, aumonier chez les Frères de Landerneau, remplacé par Mr Jain, vicaire à Guilvinec, remplacé à son tour par Mr Cuillandic, vicaire auxilliaire à Guilvinec. Mr Creusier, Chanoine-recteur de St Marc, nommé Curé-archiprêtre de Saint-Pol-de-Léon, est remplacé par Mr Castel, aumônier de Cuburien1 (voir la Semaine Religieuse)

Note KBCP :
(1) Le monastère de Saint-François de Cuburien ou Couvent de Cuburien est situé sur le territoire de la commune de Saint-Martin-des-Champs, dans le Finistère. 


— Page 229 —

16 avril 1905 — Une lecture utile à faire et à méditer en ces jours : C'est celle de la vie de Julien l'Apostat (Darran, Xème volume). Nos persécuteurs l'étudient, l'imitent de leur mieux en tout et pour tout : ils remplacent le polythéisme par la Philosophie ! La Science !!!

18 mai — Mr Pilven et Mr Madec, jeune prêtre de St Marc, nous ont aidé pour la Pâque des grandes personnes. Il y a eu, tout juste, 399 Communions d'enfants, dont 175 pour la 1ère Communion.

— Jean-Marie Tanneau, de Kerradénec est nommé président du Conseil de Fabrique, Marc Le Pape président du Bureau des Marguilliers1, Jean Le Pemp, de Lescors, membre du Bureau. Henri Séven a donné sa démission (en faveur de son gendre Marc Pape)

— Les fonctionnaires du gouvernement sont devenus de vrais esclaves blancs. La Liberté Religieuse existe sur papier, pas ailleurs... Les Fonctionnaires de Penmarc'h - Braves gens, au fond - n'osent plus venir à l'église... Ils sont dénoncés. Il faut avouer qu'ils sont "flemmards", trop peureux. Les volés, les persécutés sont les moins esclaves et peuvent encore lever la tête et parler carrément. Les prêtres d'aujourd'hui sont bien, Dieu merci, de taille à aller en prison, aux galères, à la mort. Les pasteurs le disent à leur troupeau.

Note KBCP :
(1) Marguillier : Laïc chargé de la garde et de l'entretien d'une église et qui a en charge de tenir un registre ou un rôle.  

— Page 230 —

- 1905 -

10 juin 1905 — Nous attendons le vote de la fameuse et triste loi de la «Séparation des Églises» (lisez de l'Église Catholique) et de l'État.

— Une cuve pour eau bénite est établie au nouveau Cimetière et une nouvelle pendule (40 fr) à la sacristie. Dorénavant, nous ne ferons que le strict nécessaire en fait de dépenses fabriciennes.

28 juin 1905 — Madame Frökhen1, femme de conduite scandaleuse, meurt dans de tristes circonstances sans que le prêtre soit appelé. C'est une pécheresse publique. Mr le Recteur refuse les honneurs d'une sépulture religieuse et l'immense majorité de la population l'applaudit.

29 juin — Profitant de l'absence du Clergé, occupé au Pardon de Saint-Pierre-Eckmühl, quelques meneurs font entrer le cadavre à l'église. Monseigneur l'Évêque ordonne des prières publiques (16 juillet) pour réparer la profanation de l'Église. Les principaux meneurs, sont :

Lautrédou, instituteur ; Guiziou, ancien maire ; Poirier, maire ; Volant, courrier ; Toulemont, fils du maire de Loctudy ; Miroux, gérant de l'usine Amieux... et d'autres personnes de mœurs douteuses. Madame Frökhen1 était propriétaire ou principale gérante de l'Usine Frökhen1.

1er août — Mr le recteur donne à étudier à Jacques Le Clavez, à Marc Le Pape et autres, la lettre de Monseigneur et autres document relatifs au projet de la taxe de 0 fr 60 par tête pour la future subsistance du Clergé.

Note KBCP :
(1) Lire Fröchen

Ce fait divers est relaté sur ce site, ici.


— Page 231 —

- 1905 -

Le Recteur voit peu de chance de succès à Penmarc'h où, pourtant, les droits sur l'alcool seul s'élèvent à Cent mille francs de droits, où l'on consomme pour plus de trois cent mille francs de boisson par an. Population apathique, avare, sans initiative surtout pour ce qui touche à la religion, à l'école chrétienne... à toute bonne œuvre générale, impersonnelle.

28 août — Réparation des deux petites Croix en argent, du ciboire doré.

29 octobre 1905 — L'impôt sur le culte ne réussira point, surtout en Bigoudenie. Jusqu'en 1905, l'état payait au clergé du diocèse un traitement global de 456.900 fr.
Monseigneur avait taxé Penmarc'h pour 3.040 fr (Population de 5.068, d'après le dernier recensement, d'environ 6.000 âmes , d'après l'opinion commune).
Voici les chiffres que j'ai envoyés à l'Évêché, après examen sommaire, fait en compagnie de Jacques Le Calvez (trésorier) et de Marc Le Pape, président du bureau :

20 familles à 10 fr = 200 fr
40 familles à 5 fr   
= 200 fr
250 familles à 1 fr = 250 fr
                               ———
Total (optimiste)      650 fr

29 octobre — L'inquiétude grandit. Aujourd'hui, lecture de la Lettre de Pie X à Son Éminence le Cardinal Richard, archevêque de Paris et celle de Mgr Dubillard à ses diocésains.


— Page 232 —

- 1905 -

Les murs de défense contre l'envahissement de la mer, des deux côtés de la Chapelle N.-D.-de-la-Joie, se poursuivent activement depuis un mois. On fait ces remarques assez judicieuses :
1° Pourquoi ne pas renforcer la digue de la Joie (75 m) ? L'Administration des Ponts-et-Chaussées craindrait-elle de se compromettre en ces temps de délation et de tyrannie, en protégeant un lieu consacré au Culte Catholique ?
2° Du côté nord, le mur de défense s'arrête avec amorce ou pierres d'attente, à 8 ou 9 mètres en face de la fenêtre de la salle à manger, du côté sud, vis-à-vis du calvaire : escompte-t-on la ruine de la Chapelle pour continuer le mur en ligne droite ? La suite des temps le dira.

26 nov. 05 — Il a fallu remplacer deux fermes (koubloù) et la traverse (trenzenn) qui soutient les fermes, remplacer voliges, ardoises... au-dessus de la fenêtre qui se trouve à l'est de l'unique porte donnant sur le midi ; c'est une assez grosse dépense : nous espérons que N.-D.-de-la-Joie récompensera notre confiance en sa maternelle bonté. Désormais, plus d'achats, plus de réparations coûteuses. Dépensons nos réserves et, à la volonté de Dieu ! Les Chrétiens de ce pays commencent peut-être à comprendre que les choses sont et deviendront dures, tristes, mais ils ne le montrent pas et ne l'avoueront pas. Stoïcisme, fatalisme, égoïsme, lâcheté, crainte. Il y a de tout cela là dedans.

F-M Le Coz, Recteur


Les murs de la chapelle de la Joie © Levy

— Page 233 —

- 1905 -

10 Xbre 1905 — Nous avons appris hier, la Consommation de l'apostasie officielle de la France, par le vote des sénateurs qui ont voté comme des esclaves des Loges et sans changer un mot au vote de la Chambre des Députés. La majorité apostate a été de 79 voix. Les Sénateurs Catholiques ont vaillament combattu et résisté jusqu'à la fin. Honneur à Mr Ponthier de Chamaillard, sénateur du Finistère.

— Aujourd'hui, nous recevons une note confidentielle : « Retirez de l'Église et de la Sacristie tous vases sacrés, ornements, linges... appartenant personnellement au Recteur, aux vicaires, à d'autres individus. Faites un inventaire des meubles & immeubles appartenant légalement à la Fabrique. Quand les agents se présenteront — avec une pièce officielle — , présentez votre inventaire signés de tous les membres du Bureau... Si les agents tiennent à faire l'inventaire eux-mêmes,, assistez simplement pour contrôler leur opération. En cas de contestation, dressez procès-verbal et signez-le. Au besoin, faites vous assister par un homme de Loi...»

Eh bien, chacun a pris son bien et il y a ce qu'il faut pour célébrer la messe et administrer les Sacrements, si nous sommes forcés de quitter église, presbytère, chapelles, etc, et de nous cacher comme de 1792 à 1800. A la volonté de Dieu ! Nous ne tremblons pas. Ceux qui liront ces lignes devront bien étudier l'histoire de la Séparation.


Note en marge : La Loi de Séparation a été votée le 9 Xbre.


— Page 234 —

— 1905 - 1906 —

9 Xbre 1905 — Chaque particulier prend à la Sacristie et à l'églises les objets qui lui appartiennent et qu'il avait prêtés pour les cérémonies du Culte. On dresse l'inventaire des meubles et des immeubles, car les agents du gouvernement peuvent se présenter d'un moment à l'autre.
En Bretagne et dans les département limitrophes de la Bretagne, le clergé est d'emblée pour la résistance à la loi inique de la Séparation. On attend patiemment les ordres de N.-St.-Père Le Pape Pie X qui seront obéis ponctuellement, dussent les églises être fermées et les prêtres harcelés, exilés, massacrés.

—— 1906 ——

7 janvier — Réunion du Conseil de la Fabrique - Épiphanie. Nous ne changeons rien, nous n'avons pas à préjuger les décisions de N.-St.-P. Le Pape. Nous continuons à chanter le « Domin, Salvam fac Rempublicum » comme on le fait dans les églises Françaises de Rome. Quand les agents du Gouvernement (Agents des Domaines) viendront faire le fameux inventaire, M.M. le Recteur, le président et le trésorier du Bureau des Marguilliers feront toutes réserves, seront simples témoins, spectateurs et s'ils ouvrent la bouche, ils diront que leurs explications ou réponses ne sont données que pour éviter les Conflits intempestifs et prématurés, pour ne pas faire d'obstruction


— Page 235 —

— 1906 —

nuisible au diocèse, à l'Église, par esprit de Conciliation et d'attente d'un modus vivendi.

12 janvier — Confirmation par Monseigneur de l'attitude sus-dite à observer lors de l'arrivée des agents. Installation définitive de l'oeuvre des Cathéchistes (45 déjà). Voir Registre des Oeuvres.

21 janvier — Nous recevons les instructions suivantes :
1° Le Dimanche qui précédera l'inventaire, Mr Le Curé ou Recteur lira, du haut de la chaire, sans n'y rien ajouter, la déclaration suivante :

« Un inventaire des biens de l'église doit être fait dans quelques jours, en cette paroisse. Cette opération, nous la condamnons comme attentatoire aux droits de l'Église et, en union avec Monseigneur l'Évêque de Quimper, nous déclarons qu'en la subissant, nous n'y donnons aucune approbation.»

« Eum invantor-euz danvez (pe madou) am iliz a dle beza grad et barrez-ma da bem eun nebeut deveziou. Al labour-ze a varnomp evel eun dra fall abalamour ma'z a , dress , a enep gwiriou ann Iliz. Ha ni a unan gant Aotrou Eskole Kemper a zeu da diskléria ne romp ouz her gouzañv glac'hur assentez ebet d'am invantor-ze. »1

(Cette déclaration a été solennellement lue au prône de la Grand' Messe, le 21 janvier, fête de la Sainte Famille)

Note KBCP :
(1) « Un inventaire des matières (ou des biens) de l'église doit être fait dans cette commune dans quelques jours. Nous jugeons ce travail comme quelque chose de mal puisqu'il va exactement à l'encontre des droits de l'église. Et nous, unis avec M. L'Évêque de Quimper, venons déclarer que nous n'acceptons aucunement cet inventaire. »

— Page 236 —

—1906 —

Protestation des Représentants de la Fabrique.

Lorsque le représentant de l'administration aura présenté son mandat et qu'il se sera rendu à la porte de l'église ou de la Sacristie avec les représentants de la Fabrique, le président fera la déclaration qui suit :

« Avant le commencement de toute opération in-inventoriale, nous, membres de la Fabrique de Penmarc'h et la représentant, affirmons que nous subissons une violence, et que notre présence ici, en ce moment, ne doit pas être interprétée comme une approbation quelconque donnée à la Loi du 29 décembre 1905, sur laquelle le Souverain Pontife ne s'est pas encore prononcé.»

3° Après cette protestation, les Représentants de la Fabrique assisteront passivement à l'opération.
Si l'agent demande communication de l'Inventaire, ON POURRA le lui présenter.

Il est important de ne donner aucune indication et de ne rompre le silence que pour revendiquer les droits des particuliers sur certains objets.

4° Au cas où l'agent ordonnerait d'ouvrir le Tabernacle et, après refus formel, menacerait de le forcer, le prêtre présent se conformera aux instructions déjà données et, avant d'ouvrir, fera la protestations suivante :


— Page 237 —

1906.

« Devant le peuple Chrétien assemblé, nous émettons une solennelle protestation contre l'ordre qui nous a été donné, et nous déclarons qu'en ouvrant nous-même le Tabernacle, nous voulons éviter une plus grande profanation & une plus grande injure faite à Notre-Seigneur-Jésus-Christ.»

— Il y a un très grand nombre de protestations d'Évêques Français, plus sévères, plus fermes.

4 février — Résistance énergique des Catholiques à l'inventaire de Ste Clotilde, St Roch, St Pierre-du-Gros-Caillou, etc, etc. à Paris, en Province, même résistance, surtout dans le Nord de la France. Résistance, le 6 février, même à Pont-L'Abbé. L'histoire en dira long au sujet de cet inventaire. Il est fait dans l'intention des Loges, est le prélude manifeste de la confiscation, du vol cynique, des Biens de l'Église.

11 février — Lettre énergique de N.S.P. Le Pape Léon X, condamnant sévèrement la Loi de Séparation (9 Xbre 1905). Les consciences Catholiques sont soulagées et ne craignent ni la prison, ni l'exil, ni la mort : le Pape sera obéi. Le St Père attend la promulgation du Règlement de l'administration établi pour l'application de cette loi de 9 Xbre. Quelques fois, les malfaiteurs font entre eux des écrits qu'ils appellent Lois pour accabler, tyranniser ou voler leurs concitoyens.

Note en marge : Cette lettre de réprobation et condamnation solennelle est à l'adresse des prêtres et de fidèles surtout. Les évêques recevront des instructions spéciales.

— Page 238 —

— 1906 —

Protestation de Mr l'Abbé Le Coz, Recteur de Penmarc'h

Monsieur Le Délégué

Je m'élève autant que possible contre l'acte que le Gouvernement vous charge d'accomplir en ce moment. Cet acte constitue une violation formelle de tout droit et de toute Justice, violation d'autant plus grave que l'inventaire va porter, dans un but facile à prévoir, la spoliation sur des biens ecclésiastiques dont la caractère est sacré.

Le 4 septembre 1887, lorsque j'ai pris possession du Rectorat de Penmarc'h, j'ai promis à Dieu d'être le fidèle gardien et l'administrateur intègre des biens de MON église. Tant que le Souverain Pontife, qui a le seul pouvoir de disposer des biens ecclésiastiques n'aura pas décidé autrement, je considérerai ceux de mon église comme étant sa propriété, et c'est en son nom que le continuerai à les garder et à les administrer.

Si je me trouve dans la pénible obligation de vous laisser voir les vases et les linges sacrés, je déclare que j'agirai dans l'unique but d'éviter une profanation ou même une irrévérence involontaire.


— Page 239 —

Je vous prie, Monsieur le Délégué, de consigner ma protestation au procès-verbal.

F.-Mie Le Coz, Recteur de Penmarc'h.

Penmarc'h, le 15 Mars 1906

———————————————————— o ————————— o ————————————————————

26 février — N.-S.-P. Le Pape consacre 19 évêques Français... Il y a des siècles que l'on a vu si majestueuse Cérémonie.

— Les inventaires continuent, comme les plus énergiques protestations, démissions d'officiers... Excessives condamnations des manifestants Catholiques. Grande émotion en France, surtout dans les régions les moins Chrétiennes ! Chose étrange. Vive la Hte Loire !

2 mars — Mr Violant, Commissaire de Police de Pont-l'Abbé vient, à 9 h, notifier à Mr Le Coz, Recteur, que l'inventaire à Penmarc'h se fera le 15 mars, dernier délai, à 1 h de l'après-midi. — Le Recteur refuse de signer la pièce. Mr Violant constate le refus et présente la pièce à Mr Le Recteur qui lui dit «Mr, je ne touche pas à ces choses là...» Échange froid et poli de saluts.

Nous lisons, en 3 fois, le noble et vigoureux mandement (Kemmenadurez) de Mgr l'Évêque, Fs-Virgile Dubillard. C'est tapé.

6 mars — Inventaire rendu impossible à Plobannalec grâce au dévouement du brave forgeron Coquer. Toutes les portes barricadées. Tocsin 1/4 h... puis Gde Sonnerie pendant une heure.


— Page 240 —

— 1906 —

7 mars — Le ministère Rouvier est renversé à propos du fameux « inventaire » qui fait couler le sang. Aurons-nous un ministère absolument socialiste désormais ? C'est à craindre.

15 mars — Mr Roger fait un essai d'inventaire le 15 mars, lecture des deux protestations à l'entrée du Vieux Cimetière... Mr Poirier, maire, et Mr Roger se retirent. Nouvelle lecture des protestations à l'église en Français et en Breton, Cantiques, Credo, Bénédiction du St-Sacrement. Un millier de personnes.

29 mars — Mr Péran ou Père Péran, ancien vicaire de Penmarc'h, missionnaire à St-Laurent, Canada, prêche, chante la messe à Penmarc'h. Une quête, à l'église, lui rapporte 100 fr. Il est venu chercher des colons pour ce pays de liberté et d'avenir. Notre garçon domestique se propose de partir pour St-Laurent-Winipeg (Manitoba).

12 avril — Le jour de Pâques, M. Le Recteur fait placarder l'affiche suivante aux trois portes de l'église : Baptème, Ste-Thumette, Rosaire :

« Le Pape s'est prononcé sur les Associations Culturelles en les condamnant et il ne reviendra pas sur son Jugement (11 Fév.) Dès lors, les Associations Culturelles ne pouvant pas se constituer canoniquement, les églises seront fermées et leurs biens seront attribués par l'État à d'autres destinations. » (Article 9 de la Loi de Séparation)


Le Petit Journal du 18 Mars 1906.

— Page 241 —

« L'Église de cette paroisse devra être légalement fermée le 9 Décembre 1906 en exécution de la loi du 9 Décembre 1905 et les fidèles devront pourvoir à l'entretien du Culte et du Clergé paroissial, si les Catholiques ne repoussent pas les Candidats qui ont voté ou veulent maintenir la loi de Séparation.»

15 avril — Les gendarmes lacèrent illégalement cette affiche et dressent procès-verbal contre le recteur qui censure vertement ces indignes procédés d'intimidation. Nous apposerons d'autres affiches.

Mr de Servigny, le concurrent de M. Le Bail, gagne journellement du terrain à Penmarc'h.

1er mai — Mr de Servigny est beaucoup mieux reçu que Mr Le Bail au Bourg, à St-Guénolé, à Kérity même, à St-Pierre.

8 mai — Mr Le Bail obtient 528 voix et Mr de Servigny 469 voix à Penmarc'h, malgré la pression gouvernementale et les employés de l'État. 59 voix de majorité au lieu de 154 v. de majorité à Mr Le Bail en 1902 à Penmarc'h ! Le bon côté a gagné 395 voix depuis 4 ans. Penmarc'h a bien voté. Les socialistes gagnent déjà 32 sièges. Pauvre France ! Pays aveugle, voué à l'esclavage franc-maçonnique en attendant l'esclavage allemand ! Mr Le Bail n'a qu'une majorité de 144 voix en tout ! Nos ennemis gagnent environ 56 sièges.


— Page 242 —

1906
———

La population de Kérity s'est montrée, comme d'habitude, pleine d'ingratitude et de perfidie. Les cultivateurs, les goémoniers, les habitants de St-Pierre et de St-Guénolé ont généralement bien voté. Il faut excepter les employés de l'État, les instituteurs, les soudeurs-boîtiers, les équipages des bateaux de Sauvetage.

Dans ces temps de persécution et de lâcheté, un grand nombre de marins, surtout de Kérity, ont manqué au devoir pascal. Nous ne croyons pas exagérer en disant qu'il y a eu 700 abstentions parmi les grandes personnes, c.à.d. une grande moitié de plus que d'habitude. Il y a eu 2.200 Communions pascales distinctes, plus 200 à 250 Communions de dévotion, durant le temps pascal. Ajoutons 398 Communions d'enfants de 10 ans ½ à 12 ans ½. Il y a plus de 2.000 enfants qui n'ont pas l'âge requis pour faire leur 1ère Communion.

10 juin — M. Lautrédou veut mettre en adjudication les deux champs de Mr Le Recteur : Park-ar-Normand et Park-ar-Persoun. Monseigneur, informé de ce fait, ordonne de protester par voie d'huissier ou par dénonciation à Mr Le Préfet. Mr Le Bail fait faire une enquête et dresser une liste des familles qui ont voté contre lui. C'est la préparation de la loi contre « les suspects ». Sous le règne des nouveaux tyrans, il y aura deux catégories de citoyens Français:

— Page 243 —

1906

Celle des privilégiés composée en grande partie des employés de l'État, des peureux, des ambitieux, des gens sans aveu... Celle des esclaves composée des Catholiques pratiquants, des honnêtes gens, des citoyens qui ne partagent pas la façon de voir des politiciens du « Bloc ».

15 juillet — Jean-Pierre Cloâtre, notre garçon domestique est parti pour le Canada, où il doit se faire Frère-Lai (à Montreul). Le Père Péran, notre ancien vicaire, a convoyé 160 émigrants de Ploudaniel, Plouzévédé, etc, à St-Laurent, Manitoba, où ils sont assurés d'avoir la liberté et de vivre en gens civilisés.
— L'École libre de l'Asile ne compte que 60 élèves. C'est trop peu.

15 août — L'Encyclique Gravissimo, du 10 Août, a paru aujourd'hui, au grand soulagement des Catholiques et à la stupéfaction de nos tyrans. Elle rejette carrément les Associations Cultuelles et les Associations Canonico-légales. La Loi du 9 Xbre 1905 est un traquenard. Pie X la condamne absolument, ne la reconnaît point. Aux Français d'agir en Citoyens et en Catholiques. Nous continuons à vivre comme sans le Concordat de 1802 qui d'ailleurs, au regard des nations civilisées, n'est point rompu. Deo gratias !

Note KBCP :
Une encyclique est une lettre adressée par le pape à tous les évêques, et parfois également à l'ensemble des fidèles. C'est une lettre « circulaire ».(Wikipédia)


— Page 244 —

— 1906 —

2 - 7 Septembre — Magnifique assemblée de tous les évêques de France, à Paris, sous la présidence du Vénérable Cardinal Richard, archevêque de Paris, Breton de naissance. Monseigneur Dubillard fait partie de la commission permanente des Évêques. Tout l'épiscopat Français est au complet. Rien de ce qui s'est passé à la Réunion de l'Épiscopat n'a transpiré. Les journaux ne présentent que des suppositions.

18 septembre — On ne parle plus de louer mes deux champs. Il paraîtrait que l'élan de la municipalité (14 contre 8) a été arrêté par un mot d'ordre venu d'en haut :

« N'allez pas trop vite... Vous prendrez ces deux champs et tous les autres biens de l'Église en même temps, dans quelques mois.» Au mois de juin, quelques braves gens ont fait répandre partout le bruit suivant :

« Ann hini hen deuz loened bev...maga anezho var he zouar... Ma vezont paket var zouar ann Iliz (Park-ar-Normand ha Persoun) e reezo la keut ploum enn-ho ! »1

23 septembre — Achat et fonctionnement d'un Calligraphe (Polycopie). Rapide avec accessoires (80 fr). Lecture (en Breton, bien entendu) de la Lettre Collective des Évêques de France (85 Év.) Penmarc'h fournit 30 exemplaires bretons aux paroisses du Canton et à quelques autres paroisses.

Note KBCP :
(1) « Celui qui a des animaux vivants...il doit les nourrir sur sa terre... S'ils sont attrapés sur la terre de l'église (Champs-du-Normand et Recteur), il faudra leur mettre du plomb ! »

Calligraphe rapide « Gestetner Automatic Cyclostyle »

— Page 245 —

— 1906 —

22 oct. — Enterrement de Mr Cevaër, 62 ans, recteur de Combrit remplacé par Mr Pédel, Chanoine honoraire.

23 oct. — Réunion de tous les recteurs du Canton chez Mr Morvan, curé-doyen de Pont-L'Abbé au sujet des mesures à prendre après le 11 décembre prochain. Le 29 octobre, réunion de 91 doyens et chanoines à l'évêché pour le même objet. Toute taxe est écartée : les quêtes maintenues.

11 novembre — Mr Le Chanoine Vincent Pédel, installé Recteur à Combrit.

Mr Émile Poirier, maire de Penmarc'h a donné sa démission et a fait une visite à Mr Le Recteur. Il a dit :

« Je ne suis pas dévot, c'est vrai, mais...

— Pardon, Mr Le Maire, si je vous interromps... C'est mon devoir de pasteur de vous dire : « Oui, vous dites la vérité, vous devriez, vous devez, vous, baptisé catholique, être fidèle aux offices, fréquenter les Sacrements...»

— Oh, Mr Le Recteur, je ne suis pas ennemi de la Religion, au contraire... Je ne veux pas me prêter à faire d'ignobles coups, le 11 décembre prochain. Je ne veux pas être excommunié... et il y a quatre autres maires, les plus républicains du Canton, qui ont envoyé leur démission à la Préfecture... Et puis, deuxième raison, je suis dérangé du matin au soir, j'ai trop de dépenses... Bonsoir, je me suis retiré et personne ne veut me remplacer, pas même Jean Guiziou, l'ancien maire !

— Page 246 —

— 1906 —

« D'après le recensement municipal, officiel, il y a à Penmarc'h, à cette date, 11 novembre 1906, une population de 6.100 âmes ; je crois qu'il y en a 100 ou 200 de plus, si l'on comptait bien. »

20 9bre — Ce jour, à 5 ¼, nuit close (heure illégale), 43 Cuirassiers (de Chartres), 4 ou 5 agents gendarmes, agents des domaines, etc, arrivent à l'improviste au bourg du côté du Guilvinec. L'église était cernée et occupée avant que le bedeau Achille Diquélou, eût eu le temps de fermer la dernière porte. Mr Le Recteur se fait ouvrir la porte du Rosaire, mais défend aux aux agents de passer par cette porte ce qui serait une participation à l'acte spoliateur. Il va se mettre à genoux, au milieu du Chœur, dans des ténèbres épaisses. Un agent et un gendarme passent deux minutes dans l'église, ne voient rien : inventaire fait !

Au sortir de l'église, Mr Le Recteur donne aux personnes présentes, l'explication de ce qui vient de se passer.

— Belle résistance dans toute la France : aucune cultuelle n'a réussi. Le gouvernement Judéo-maçonnique rugit et se prépare à tourmenter évêques et prêtres et même les Fidèles. Le Préfet envoie aux curés et Recteurs une lettre Comminatoire à propos du futur séquestre.

— Page 247 —

—1906 —

25 9bre —Devant la probabilité de notre expulsion du presbytère après le 11 décembre, je prends la précaution de retenir pour moi la maison neuve construite par Sébastien Quillec en face de la Porte du Baptème (Northex). Demain, ré-édition des Comptes.

26 9bre —Jamais, depuis 19 ans, la recette n'a été aussi piètre. Les quêteurs disent qu'on a commencé à croire à la persécution et qu'on ne sait pas ce que deviendra l'argent des quêtes. La Semaine Religieuse continue à nous renseigner chaque semaine..
Le procès-verbal de Carence, pages blanches, de l'essai d'inventaire du 15 mars 1906 nous est envoyé par un gendarme, bien entendu. On prétend encore nous intimider !
Chose étrange ! Nos grands persécuteurs appartiennent aux diocèses les plus religieux de la France. Clémenceau, non baptisé, païen, est un Vendéen ; A. Briand, franc-maçon est un Breton (St-Nazaire). Waldek Rousseau, le grand-père des persécuteurs était Breton aussi (Nantais). C'est horrible et dégoûtant.

3 Xbre — Le discours de Mr Piou1 est affiché partout. Mr Briand envoie aux Préfets une circulaire qui paraît une reculade. Méfions-nous de l'hypocrisie.

Note KBCP :
(1) « Les Catholiques et la loi de séparation », discours prononcé le 12 novembre 1906, à la Chambre des Députés, par M. Jacques Piou, député de la Lozère, en réponse à M. Aristide Briand, ministre de l'Instruction publique, des Beaux-Arts et des Cultes du Gouvernement Clémenceau (Présidence Armand Fallières).


— Page 248 —

— 1906 —

9-11 Xbre — Communication au peuple et surtout aux Conseillers de la Fabrique, des n° de la Semaine Religieuse des 23 - 30 9bre, 5 et 9 Xbre 1906. Instruction sur la Constitution divine de l'Église. Parallèle entre cette constitution et l'organisation des églises schismatiques Russes, etc semblable à celle des « Cultuelles » que le gouvernement Franc-maçon judéo-protestant veut imposer à la France. Nous ne sommes pas des révoltés, mais des Bretons Français Catholiques qui veulent rester tels. Nous ne vendons pas notre honneur et notre Foi pour 400 ou 500 millions. Le prix n'y est pas. Le prix, c'est la possession de Dieu lui-même : Ego ero merces tua magna nimis. Notre dernière délibération est ferme et très digne.

La Fabrique ne possède qu'un seul titre de rente : rente sur l'État de 63 fr par an pour la seule fondation de Marie-Jeanne Jaouen, depuis le Concordat de 1802, en date du 2 juillet 1873. Voici les indications :
« Dette Publique. Trois pour cent.

Extrait du Grand Livre, section 7. n°0.606.621.

Rente par trimestre : 15 fr 75 = 63 fr par an.

Inscription au Grand Livre à compter du 1er janvier 1904.

Talon n° 0.142.321. Journal n° 193. F° 5.238.»

Cette pièce est déposée dans la Caisse à trois clefs.

Note en marge de ce dernier paragraphe : Pièce importante. F. Le Coz, Recteur.


— Page 249 —

— 1906 —

13 Xbre, 8h du soir —Le Cardinal Richard, archevêque de Paris, les archevêques et évêques de France (Mgr Dubillard, Quimper) sont chassés de leurs demeures épiscopales. Le Petit Séminaire de Pont-Croix est licencié, fermé, volé. Hier, Monseigneur Montaguini, secrétaire de l'ancien Nonce, gardien des Archives Pontificales à Paris, a été perquisitionné, conduit à la Frontière ! La France est la honte des nations (dites) civilisées, la stupéfaction des nations sauvages, barbares. Oeuvre de la Franc-maçonnerie. Notre t.-St. Père Pie X a démasqué l'hypocrisie et l'infamie de Clémenceau, de Briand et de leur bande de sectaires dont Le Bail, notre pseudo-député fait partie. Marins de Kérity, Guilvinec, Lesconil, etc. Criez « Vive Le Bail ! » Le Bail qui vient de s'adjuger 15.000 fr par an au lieu de 9.000 fr. Courez après votre retraite de 600 fr ! Tas d'idiots ! Demain, peut-être, je serai chassé manu-militari — bien entendu — de ce presbytère bâti uniquement par la Fabrique et les dons des paroissiens et où je réside paisiblement depuis le 4 septembre 1887. J'attends significations, gendarmes et autre.

Le St Père a dit : « Pas de déclaration suivant la Loi de 1881. Continuez comme par le passé.» Ce sera fait. 50.000 curés ou desservants en amende, Dimanche. Et alors. Allons toujours. Vive Dieu !


— Page 250 —

— 1906 —

17 Décembre — Hier, nous avons célébré la solennité de St-Corentin, sans incidents. Nous apprenons que les prêtres des quatre paroisses de Brest, de Pont-L'abbé, etc, etc. sont chassés de leur presbytères et que l'on a dressé procès-verbal contre eux et des milliers d'autres prêtres pour avoir célébré la messe Jeudi 13 Xbre et jours suivants. Les jounaux annoncent un déploiement de forces pour terroriser les Catholiques et surtout le Clergé.

Le Journal Officiel déclare qu'il y a actuellement en France, 1.060 associations cultuelles qui se répartissent ainsi : 902 Cultuelles Protestantes, 78 Israélites, 80 prétendues Catholiques. Parmi celles-ci, il y a cinq faites par des Curés et des paroissiens en rupture de ban avec leurs évêques ; le 75 autres sont ridiculement faites par des municipalités socialistes ou par deux francs-maçons souvent étrangers au pays/ Il y a, en France, environ 65.000 paroisses et établissements Catholiques (séminaires).

20 Décembre — Visite des gendarmes. Main-mise sur les biens ayant appartenu à la Fabrique... Je refuse de signer.

— Arrêt de paiement pour les Assurances sur Église, presbytère et leurs mobiliers (Lettre à Mr de Couesnongle) Nous allons être laissés un peu tranquilles pendant q. q. semaines : 1° Parce que Mr Briand élabore une loi combinée de celles de 1881, 1901 et 1905 (Galimatias).

 

— Page 251 —

1906

2° à cause des cris des commerçants qui voient arriver les Fêtes (productives) de Noël et du Nouvel An.

Les Francs-maçons restent tels : Sectaires, perfides, hypocrites, inventeurs de complots, résolus à tout pour essayer d'étouffer l'Église Catholique. Ils sont démasqués. Nous sommes comme l'oiseau sur la branche ! Nous prêtres, nous ne tarderons pas à être accusés de complicité avec l'étranger pour déclarer la guerre à la France, ruiner le commerce, etc, peut-être privés de nos titres et droits de Citoyens Français et à être bannis du territoire Français.

F.-M. Le Coz, recteur de Penmarc'h.


Google Analytics

Facebook

Twitter