ÉPHÉMÉRIDES DU RECTEUR LE COZ 1909 - 1911

— Page 292 —

- 1909 -

13 Janvier 09 — Enquête relative aux livres classiques en usage dans les écoles prétendues neutres. Préparation de l'Adoration, chaque dimanche, au prône.

11 Février — Ouvriers apostoliques pour l'Adoration du 11 au 17 février 1909.

Mr Poulhazan, chanoine, curé-doyen de Briec, président.
Mr Carval, recteur de Plogonnec.


— Page 293 —

—— 1909 ——

Mr Stéphan, recteur de Cléden-Cap-Sizun
Mr Henry, ancien recteur de Guilvinec, recteur de St Pierre Quilbignon
Mr Lesvénan, recteur de Landudal.
Mr Roudant, vicaire à Combrit
Mr Abgrall, vicaire à Guilvinec
Mr Pouliquen, vicaire à Loctudy et les 3 prêtres de Penmarc'h.

18 Février — 3.000 paroissiens ont suivi les exercices de l'Adoration. Il y a eu environ 1.000 abstentions. Notons qu'il y a environ 1.500 enfants dont ceux de 7 à 8 ans, incapables de prendre part à l'Adoration et à cause du manque de pêche sur les côtes bretonnes.
L'abstention générale a été pratiquée par les esclaves du Gouvernement persécuteur-maçonnique : instituteurs, institutrices, gardiens de phare, gardiens de sémaphores, douaniers, employés des Postes et Télégraphes et Téléphone, syndics, maîtres de port, équipages des 3 bateaux de sauvetage, gardes-champêtres, facteurs, employés du chemin de fer de Pont-l'Abbé à Saint-Guénolé, etc.
En somme, par ce temps, succès passable, inattendu même.

F.-Mie Le Coz, Recteur.

— Page 294 —

——o 1909 o——

19 Février — Comme supplément aux Statuts Diocésains, Monseigneur Duparc adresse à son Clergé ses Prescriptions et Avis Pratiques. Nous y lisons à la troisième page, n° 2 :
« Le Curé ou Recteur n'aura à répondre sur ses propres deniers que de la contribution personnelle mobilière. » Par suite, les autres contributions, les assurances immobilières, etc, sont à la charge de l'église.
Le presbytère de Park-an-Normand regarde exactement le soleil à 10 h 40 mn, heure du soleil à Penmarc'h, 11 h 7 mn à Paris.

26 Avril — Il y a eu environ 2.750 Communions Pascales de grandes personnes. J'ai confessé 931 personnes différentes. Le corps de Mr Zacharie Renaud (Frère de St Gabriel) noyé à Tal-Ifern (plus bas que la croix Levainville) le 14 avril dernier, n'est pas encore retrouvé. Retrouvé le 1er mai.
— Désormais, le pardon de St Marc et le petit pardon de Saint-Guénolé se célèbrent à l'église paroissiale. Quand on trouve un prêtre disponible, une messe est dite, à 7 h à St Marc et à St Guénolé.

2 mai — Retraite de 433 enfants du 2 au 5 mai. Ouvriers : Mr Le Treut, vicaire à Douarnenez, président. Mr Tréguer, vicaire à Plobannalec, Mr Tanguy, vic. à Pont-L'Abbé, Mr Abjean, Vic. à Plomeur, Mr Moullec, vic. à Guilvinec, Mr l'Abbé Le Pemp, diacre, surveillant. Bonne retraîte.


— Page 295 —

— 1909 —

23 mai — La pêche du petit et du grand maquereau et de la sardine de dérive est meilleure cette année. L'industrie des dentelles au crochet procure du travail aux femmes et surtout aux petites filles qui, hélas ! sont surmenées par des parents aveugles ou avares.

28 Juin — Visite de l'école libre par Mr Morvan, curé-doyen de Pont-L'Abbé.

2 Juillet — Visite officielle de la même école par Mr Messager, chanoine, inspecteur diocésain des Écoles Libres. Voici leur appréciation : « Local magnifique, excellentes maîtresses. Il y a énormément d'absences journalières : c'est la faute des élèves et surtout celle des parents. La rétribution scolaire et les fournitures ne produisent que 500 fr à peine ! Il y a un déficit annuel de 1.300 à 1.400 fr que Mr Le Recteur ne peut plus combler depuis la Loi de Séparation. Il n'y a pas de riches dans la paroisse, les parents sont indifférents et voient, sans peine, leurs filles quitter l'école Chrétienne pour l'école laïque, souvent même , ils les encouragent ! Comment une école peut-elle subsister dans ces lamentables conditions ? Les recommandations pressantes, les visites, les objurgations, les supplications, instruction, discours n'ont point fait défaut ni à l'église, ni ailleurs dans le courant de l'année et pendant l'Adoration du 11 au 17 février ».

(Signé) Le Coz


— Page 296 —

~~~~~ 1909 ~~~~~

3 Juillet — Je reconnais avoir reçu 125 francs de l'église de Penmarc'h pour le premier semestre de 1909, pour les intérêts de de 10.000 francs que j'ai avancé ou prêtés à 2,50 % pour la construction du presbytère neuf, à Park-an-Normand. Ces dix mille francs proviennent de mes économies, de mes biens patrimoniaux et surtout des grandes libéralités de Mme veuve Girard, 10 rue Armorique, Brest-Recouvrance. Cette dame, par reconnaissance, m'a donné plusieurs milliers de francs, à condition que j'en use qu'après avoir dépassé 60 ans et que je n'aille pas à St Joseph de Saint-Pol-de-Léon. A diverses dates, j'ai placé et retiré de la « Société Générale » (Quimper), les sommes sus-dites et que Mr Louis Urcun déclare inscrites, mises et retirées en mon nom personnel. Mr L. Urcun, directeur de la « Société Générale », vient de me déclarer que toutes les pièces sont à la « Société Générale ».
Les dix mille francs prêtés sont absolument mon bien personnel : il n'y a la dedans, pas un centime de la paroisse, ni de la commune de Penmarc'h. Après ma mort, mes héritiers auront évidemment droit à 250 fr d'intérêts par an, à moins d'amortissement.

Banque Société Générale de Quimper © Villard

— Page 297 —

~~~~~ 1909 ~~~~~

26 juillet — L'école Chrétienne se ferme d'elle-même comme il est dit plus haut, le 2 juillet. Je recueille quelques débris de vaisselle, quelques chaises et autres objets que je vendrai, si possible, afin que le prix m'aide à combler le déficit de 450 Francs de cette année.
Je n'ai commis aucun pêché m'imposant d'aller quêter en Afrique, en Amérique ou ailleurs pour conserver une école Chrétienne à une population ingrate et inintelligente, au point de vue spirituel. A la rigueur, j'aurai pu vendre un peu de mon mobilier. Après avis pris : ce serait reculer pour mieux sauter ! Et puis Briand, qui vient d'arriver au pouvoir, se chargera bien de fermer les écoles libres.

16 Août — Mr Poirier, alcoolisé, tire des coups de revolver à Plonéour... Incarcéré ou mis à St Athanase. (voir page 272, à la marge)

29 Août — Déclaration en chaire de ce qui est rapporté ci-dessus, au 26 Juillet et au 2 Juillet. Mr Alain Péron rachète l'armoire de la domestique et la cloison du parloir 25 fr + 40 = 65 fr qui serviront à payer une partie de la dette.

4-5-6-7-8 7bre — Grève des marins pêcheurs, à cause de l'extrême modicité du prix de la sardine (revenue ! Deo gratias), du prix du travail des femmes dans les usines. On n'en veut guerre qu'à Madame Landais à laquelle on a détruit, le 7 septembre, trois charrettes de thon. Son usine a dû être évacuée par les soudeurs, ouvriers, ouvrières, etc. Bousculade.

— Page 298 —

— 1909 —

7 Septembre — Le 7 septembre, par le train de 7 h 48, 42 soldats débarquent à la gare de Penmarc'h ; il y a en outre, une vingtaine de gendarmes. Les vicaires font leur quête, sont salués par tous les paroissiens. Un caporal et 3 soldats ont couché au presbytère. Très bien.

12 Septembre — Conformément aux Statuts diocésains, page 25, N° 75-76 et pages 85-86, N°279, Mr Le Recteur envoie un rapport à l'évêché.

23 Septembre — L'occupation militaire continue ; soldats aux frais du gouvernement ; gendarmes aux frais de la Commune. Il ne se produit aucun désordre grâce à la présence de la troupe. Le Clergé est très respecté.
Mr Plouhinec, 2ème vicaire, reçoit une lettre de Quimper et part brusquement pour Quimper. Videbitur infrà.

27 7bre — Parti pour la Trappe, le samedi 25 7bre, remplacé, le 26 7bre, par Mr Martin, vicaire à Guengat, 31 ans. Mr Martin a été installé le 27 7bre. Malheureusement, il ne sait ni plain-chant, ni harmonium et il a une voix fausse, éraillée. Et pourtant Mr Le Recteur a supplié de lui envoyer un vicaire organiste. La population est en effervescence, en révolte. Tous les mécréants, les nullités, et même, hélas ! quelques bons paroissiens prennent cause


— Page 299 —

- 1909 -

pour Mr Plouhinec contre l'autorité. C'est un malheur pour la paroisse et la condamnation définitive de Monsieur Plouhinec. Iste, propternimiam potationem.

15 octobre — Grâce aux circonstances présentes, Mr Riou aura son changement, sollicité par lui, depuis plusieurs mois. L'Évêché nous promet un vicaire sachant l'harmonium, le Chant et ayant une bonne santé. Il était temps ! Ah ! oui.

21 octobre — Mr Riou est nommé vicaire à Lanriec et est remplacé par Mr Evennou, vicaire à Coray. Il présentera ses provisions dans 4 ou 5 jours, suivant dépêches échangées. Mr dit-on, connaît chant et harmonium et est un prêtre distingué.

27 octobre — Installation de Mr Evennou. Alain Nicolas, dit Lañ-ar-Person, envoie le mobilier de Mr Riou à Lanriec. Mr Riou part à 1 h 44. Monsieur Evennou arrive, ce soir ou demain matin pour le Cathéchisme et pour l'enterrement de Marie-Jeanne Nignon, belle-soeur d'Achille Diquélou, notre bedeau-sacristain.

1er novembre — Toussaint. Plus de mille Communions pendant les Fêtes. Les nouveaux vicaires prônent très bien. Mr Martin prêche très bien ; Mr Evennou sait chant, harmonium. Mr Plouhinec est toujours à Cimadeui. Puisse-t-il y rester ! Ce serait pour son plus grand bien.


— Page 300 —

20 Xbre 09 — Voici la liste des Biens ecclésiastiques volés à l'église de Penmarc'h par notre gouvernement impie, hypocrite et sectaire (Officiel)

Il n'est pas mention de N.-D.-de-la-Joie, ni de Saint-Marc. ! ? ! ?

Quelques petites parcelles ont échappé aux voleurs gouvernementaux.

Gléhen de Kerganten a obéi aux prescriptions de Mgr l'Évêque qui lui permet de louer la prairie (bien fabricien de Kerveun-Plomeur) : il a promis de verser un ou deux francs par an à l'église de Penmarc'h pour reconnaître que la prairie appartient toujours à l'église.

Cette déclaration a été faite au prône de la grand' messe conformément aux prescriptions épiscopales. Les autres loueurs de Biens ecclésiastiques ci-dessus énumérés, doivent suivre l'exemple donné par Gléhen.


— Page 301 —

——~~~ 1910 ~~~——

2 Février 1910 — Mr Le Recteur écrit à l'Évêché que trois prêtres seulement à Penmarc'h, sont insuffisants pour une population de plus de 7.000 habitants, presque tous pratiquants, au moins de temps en temps pendant la vie, et tous au cours d'une grave maladie. Il y a messes de chapelle, Catéchisme à St Guénolé, beaucoup de malades... Notre santé s'en ressent. Mr Le Recteur a 62 ans ½ d'âge, 22 ½ de résidence à Penmarc'h. Assez de préoccupations et de difficultés relativement aux Fondations, aux biens de l'église. Il y a déjà quelques excommuniés, quelques voleurs... auxquels il faudra refuser les sacrements.
Mr Morvan, curé-doyen de Pont-L'Abbé vient de recevoir le Camail de Chanoine. Fêtes ordinaires, à cette occasion, les 3, 4, 5 février.

13 février 1910 — Quête pour les victimes de l'inondation à Paris = 80 francs pour l'apport de Penmarc'h.

27 février — De temps immémorial on n'a vu, à Penmarc'h (et ailleurs) un hiver si humide, une inondation d'eau douce si considérable. Depuis le 2 octobre 1909 jusqu'à ce jour, 24 heures ne sont point passées sans donner pluie, grêle, tempête, soit le jour, soit la nuit et souvent nuit et jour. Le presbytère est bien construit, pas humide jusqu'à ces derniers jours, excepté dans les chambres de N.-D.-de-la-Joie et de Ste Magdeleine où nous aurions dû faire du feu.

— Page 302 —

~~~ 1910 ~~~

3 mars — Il y a exactement Cinq mois, aujourd'hui, depuis que nous n'avons pas eu un jour sans pluie !
— Temps malsain, beaucoup de décès : il faudrait un ou deux vicaires de plus, à Penmarc'h. 

12 Avril 1910 — M.M. Sébastien Le Pemp, de Plomeur et Vincent Le Pemp de Lescors ont eu la bonté d'aider le Clergé de Penmarc'h pendant la Semaine Sainte et la Semaine de Pâques : ils ont confessé environ 500 personnes : Mr Le Recteur a confessé 925 personnes différentes (plus d'hommes que de femmes) ; Mr Martin a confessé 800 pers. diff. et Mr Evennou 720 pers. diff. Il y a eu plus de 200 communions pascales qu'il n'y en a eu l'an dernier. Deo gratias !

24 Avril — Échec de la Candidature de Mr de Servigny par suite de pression éhontée du gouvernement, de bandes d'apaches payés pour empêcher des Centaines de Conservateurs d'approcher des urnes, surtout à Plozevet, Peumerit, Leschiagat, Plobannalec, Île-Tudy, Kérity Penmarc'h, Plogastel-Saint-Germain, Plovan, etc, etc. De cette façon, Mr le docteur Plouzané a eu - en vol - 1.400 voix de majorité. ses partisans sont loin d'être fiers d'une pareille victoire. Il n'y a pas de liberté de vote... C'est un fait acquis. Protestation de Mr de Servigny.

17-20 Avril 1910 — Ouvriers de la Retraite des Enfants : Mr Guével, prêtre retraité ; Mr Le Meur, recteur de Plougonvelin ; Mr Le Reun, vicaire aux carmes ; Mr Pouliquen, vicaire à Brest-Saint-Sauveur ; Mr Le Treis, vicaire à Lampaul-Guimiliau, ; Mr Jaillour, vicaire à Mellac. 434 retraitants.


— Page 303 —

~~~ 1910 ~~~

2 juin 1910 — L'inventaire du mobilier du presbytère se trouve en feuille détachée, au commencement du grand Sommier. Jain senior sum . Rhumatisme à l'orteil du pied gauche. On navigue quand même.

29 Juin - 3 Juillet — Les Pardons de Saint-Pierre et de Saint-Nonna (Pardoun gouere) se sont très bien passés. Vu la pénurie domestique, nous nous sommes faits servir de l'hôtel d'Eckmühl à la tour de Saint-Pierre et au bourg de Tréoultré. Excellent service pour un prix presque dérisoire : cadeau d'une bonne famille.

1er Août 1910 — Je me rends à la Retraite Ecclésiastique prêchée à St Vincent (Likès) par Monseigneur de Ligonnès, évêque de Rodez. Prédicateur plein de piété, de précision, pas orateur éloquent. 250 prêtres suivent la Retraite.
— Le Recteur de Penmarc'h se trouve heureux d'avoir bâti un grand et beau presbytère pour lui, ses vicaires et ses domestiques et pour ses successeurs. Il y a actuellement à Penmarc'h, plus de 7.000 habitants et la population augmente toujours (1). Il faudra bientôt un ou deux vicaires de plus, ou une nouvelle paroisse à St Guénolé. Inutile de chercher un logement pour des prêtres auxiliaires au bourg de Penmarc'h : il n'y a que des auberges, des boucheries, des boulangeries... Tout le monde approuve la construction du nouveau presbytère, presbytère fait avec confiance dans l'espoir de temps plus heureux.

F.M. Le Coz, Recteur

Note en marge :
(1) La plupart des paroissiens et des visiteurs trouvent le presbytère bien fait, bien distribué, très propre et pas cher. Quelques personnes trouvent à redire parce que la maison a trop belle apparence, que l'intérieur est brillant, aéré. C'est un sot reproche, c'est le reproche d'avoir réussi.

F.M. Le Coz, Recteur


Le nouveau presbytère © Neurdein

— Page 304 —

~~~ - 1910 - ~~~

9 Août — Pendant les vacances (15 juillet au 1er octobre) il passe chaque jour au bourg de Tréoultré-Penmarc'h plusieurs dizaines d'automobiles, plusieurs douzaines de motocycles, bicyclettes, voitures... pour voir Eckmühl, St Guénolé, etc. Presque chaque jour, le presbytère reçoit des visites de prêtres, Frères, amis. On n'a pas le temps de s'ennuyer ni de sortir souvent.

Monseigneur Duparc autorise à son clergé l'usage de la bicyclette, de l'automobile, pas du motocycle. Mgr veut deux années de Catéchisme préparatoire à la 1ère communion. Un Catéchisme est déjà installé à St Guénolé ; nous allons installer un autre à Pennanger-Kérity, sans supprimer le petit catéchisme de St pierre. Mgr ordonne aux prêtres de faire eux-même la quête pour les Écoles Chrétiennes, Institut Catholique, le Denier de St Pierre, la Propagationde la Foi, etc.

10 Août — Je reconnais avoir reçu 125 fr (sur 250 francs) pour le 1er semestre de 1910, le 30 juin 1910. 125 fr, c.à.d. la moitié des intérêts annuels des 10.000 fr que j'ai prêtés pour la construction du presbytère Park-an-Normand. L'autre moitié, (125 fr) sera payée en 9bre ou Xbre 1910.

20 Août — Rénovation des vœux de mon Baptême (à Plouarzel, 20 Août 1847) faite en la chapelle de N.-D.-de-la-Joie. Messe pour François Souron, noyé par accident. Demain Dimanche, grand' messe à N.-D.-de-la-Joie

Note de bas de page :

Le corps de François Souron, noyé le 16 Août, a été trouvé et enterré le 16 octobre.


— Page 305 —

-. 1910 .-

— 200 chaises restent à la Joie ; les 200 autres seront vendues à l'église paroissiale qui compte environ 700 chaises à 0 fr 05. Il n'y en avait aucune à mon arrivée à Penmarc'h, le 4 septembre 1887. La remise de la Joie, bâtie en juin 1895 a coûté à la Fabrique la somme de 298 fr 50.

F.M. Le Coz

31 Août — Hier, Mr Le Recteur a confessé Louis Durand, conseiller municipal, plus bête que méchant, surnommé « Mouton ». Il avait presque toute sa connaissance, à certains moments. Avant de lui administrer l'Extrême-Onction, Mr Le Recteur lui a fait demander pardon publiquement de ses fautes et surtout de celles commises au Conseil municipal qui a accaparé l'ancien presbytère et a accepté, sans protestation, une partie des biens de l'église. L. Durand meurt à 2 h 30, enterré le 31 à 3 h. Voir page 272.
— Lettre importante de Pie X relativement à la Communion des enfants dès l'usage de raison et à la Condamnation du « Sillon ».

8 7bre 1910 — Malgré nos supplications, admonestations et objurgations, les marins pêcheurs ne viennent pas en grand nombre à la messe et encore moins aux vêpres : ils vont en mer ou restent flâner sur les quais ou aux auberges. Les tournées, les discours pervers et mensongers de M.M. Le Bail, Cosmao et Plouzané ont perverti notre population maritime. Les cultivateurs prétextent la fatigue pour ne pas venir à vêpres. C'est triste. 

  

— Page 306 —

- 1910 -

Ils savent tous qu'ils sont en faute. Les employés du gouvernement, très nombreux à Penmarc'h, ne pratiquent plus, ont peut-être ordre de ne point pratiquer : ce n'est pas une raison, pour les gens libres, de suivre leur exemple.

16 octobre — Suivant le Conseil des Recteurs de Plobannalec, Treffiagat, Guilvinec et l'avis des Conseillers paroissiaux, il vaut mieux, à Penmarc'h, ne pas faire la quête du Denier du Culte ni la quête de l'église ou pour les Saints à domicile, mais inviter les paroissiens de bonne volonté à venir déposer leur offrande à la Sacristie ou au presbytère. Voici pourquoi, depuis 6 ans, les tournées, les déclamations, et les insinuations perfides et mensongères de M.M. Cosmao, Le Bail et Plouzané ont perverti nos côtes, détourné les marins pêcheurs de l'église et leur ont inspiré la défiance à l'égard du Clergé. La population maritime croit ou fait semblant de croire :
1° Que les prêtres n'ont jamais été plus libres, plus riches...
2° Que Mr Le Curé de Pont-L'Abbé fait 25 mille francs par an ; Mr Le Recteur de Plomeur 20 mille ; Mr Le Recteur de Penmarc'h 18 mille ; Mr Le Recteur de Guilvinec 15 mille ; etc.
3° Qu'il n'y a donc pas lieu de donner pour le Denier du Culte : « nous nourrirons nos prêtres... Que les autres paroisses se débrouillent !» (abject égoïsme)
4° Sous tous les rapports, les prêtres sont plus à l'aise que nous. Cette jalousie affectée ou non est une vraie maladie, actuellement, parmi les marins et il y a des misérables


— Page 307 —

.1910.

qui l'entretiennent et l'aggravent. Suite, la population des Campagnes ne croit point à ces calomnies, à ces sornettes et verse des offrandes au Denier du Culte et à la Caisse de l'église paroissiale.

28 octobre — Nous avons réussi à enlever quelques livres condamnés par les évêques de France ; malheureusement il en reste encore beaucoup dans nos écoles et nous ne voyons pas de mouvement de la part de l'Association des pères de famille du Canton de Pont-L'Abbé. Pourtant, c'est aux pères de famille de se conformer à l'avis de la majorité des Conseillers généraux du Finistère et de s'entendre avec les instituteurs, car ceux-ci sont libres de choisir les livres classiques acceptés par les évêques de France et par l'Académie scolaire.


— Page 308 —

~~~ 1910 ~~~
~~~ - ~~~

3 novembre 1910 — Comme d'habitude, nous avons eu beaucoup de Communions pour les Fêtes de la Toussaint ; nombreuse assistance aux offices. Ce devrait-être ainsi chaque Dimanche et chaque Fête. Hélas ! les onze usines de Penmarc'h font le plus grand tort aux paroissiens au point de vue de la pratique religieuse.

J'ai souvent supplié les diverses autorités diocésaines de bien vouloir venir à Penmarc'h constater, de visu, l'importance des agglomérations de St Guénolé (2.000 âmes), de Kérity (1.000 âmes), de St Pierre et voisinage (1.000 âmes). Personne n'est venu ! Et cependant, la majorité de la population constate comme moi :

1° Qu'il faudrait créer une paroisse à St Guénolé (Durum opus1), ou
2° Donner un 3ème vicaire, ou
3° Permettre au vieux recteur actuel de prendre quelque temps de repos ou même de donner sa démission et le remplacer par un jeune recteur fort de santé et de zèle, attendu que le Recteur actuel est dans sa 64ème année, est sujet à des troubles d'arthritisme ou de rhumatisme (Crampes subites, points de côté, obstruction des cordes vocales et des voies respiratoires du côté gauche, difficulté de prononciation...). Nous n'avons plus ni cheval, ni voiture. Le Recteur est obligé de faire son service à pied, par tous les temps. Si l'hiver qui commence ressemble à celui de l'an dernier 1909-10, il lui sera impossible de durer, le fardeau serait trop fort. (voir page 303, 2 juin 1910)


Note KBCP :
(1) Un dur travail

— Page 309 —

~~~ 1910 ~~~
~~~ ° ~~~

11 novembre — 19ème anniversaire de la destruction du toit de l'église transporté par la tempête dans l'aire de Pierre Jégou et aux environs.

Bonne pêche de petits maquereaux, de 15 à 20 gr le mille et nos 11 usines sont remplies. L'industrie dentellière marche bien également. Les marins-pêcheurs pourraient et devraient donner leur cotisation pour le « Denier de l'église » ( Kest ar zœut ). Ils sont de mauvaise foi, avares, égoïstes et ne veulent pas comprendre la nécessité de l'œuvre « Heureux le s prêtres qui savent se faire comprendre de leurs populations au point d'obtenir d'elles des sacrifices comme ceux qu'impose la fidélité aux exercices de la mission ! (Sem. Relig. n°43. 28 8bre p. 765, 6ème alinéa)

Nous ne demandons pas tant cela : nous demandons seulement de contribuer aux frais généraux du Culte : ornements, lingerie, vêtements des employés de l'église, luminaire, mobilier, réparations, imprévus... Sourde oreille. Je souhaite de tout cœur, au recteur qui me remplacera, de réussir à amener les marins à la messe, les cultivateurs aux vêpres, les enfants au Catéchisme, la population à contribuer au Denier du Culte et au Denier de l'église.
Ces tristes réflexions ou constatations me rappellent la déclaration de mon ancien curé de Recouvrance (St Sauveur de Brest) au moment où il allait donner sa démission de curé-doyen de Recouvrance, le 17 juin 1880 :


— Page 310 —

~~~ 1910 ~~~
~~~ ° ~~~

« Il y a, dans cette paroisse, de 22 à 24 mille habitants qui, tous, sont sûrs de se sauver ou de se perdre. Eh bien ! Je ne veux point assister désormais à pareille opération. Je veux laisser à un plus jeune que moi, le soin d'instruire et de convertir, avec la grâce de Dieu, les pauvres âmes de Recouvrance...». Mr Chouffeur, curé de St Martin dit au vénérable Mr Quiennec : « On propose un 6ème vicaire, restez, vous n'aurez qu'à commander, à diriger
— Rép. : « Tu ferais mieux, Chouffeur, de faire comme moi, car tu baisses, tu ne vaux plus grand' chose. »
Il y a là quelque chose de typique, mais d'instructif en même temps.

28 nov. — Étant à Plougonvelin, le 28 novembre, mon frère Jean Le Coz, d'autres parents et amis me supplient de demander q.q. mois de repos ou même ma retraite, attendu que depuis 23 ans, je n'ai paru au pays qu'à l'occasion d'enterrements ou de mariages, environ 30 ou 32 fois ; que j'ai 63 ans ; que ma santé a baissé ; que Penmarc'h (7.000 hab.) est trop grand et trop rude pour moi, etc, etc. — J'ai répondu : « C'est vrai. Je ne demande pas mieux que de passer mes derniers jours auprès de vous. Comme je suis mieux portant, je ne sais si Monseigneur l'évêque m'autorisera a prendre ma retraite... J'en parlerai à Mr le grand vicaire Fleiter en passant à Quimper, le 30 courant.

30 nov. — J'en ai parlé franchement à Mgr Videbitar.

F.M. Le Coz, Rect.


— Page 311 —

~~~ 1910 ~~~~~~ 1911 ~~~
~~~ o ~~~ ~~~ o ~~~

14 Xbre 1910 — Depuis 6 ou 7 semaines, nous avons un temps affreux, un hiver tel que je n'en ai pas vu de plus venteux et de plus pluvieux depuis 1887. Tempêtes, pluies, inondations... Nos paroissiens recommandent leurs messes à N.-D.-de-la-Joie, St Guénolé, St Pierre. Le Prêtre gagne bien son honoraire de 5 francs souvent partagé entre lui, le voiturier et l'enfant de cœur. Je ne sais si à mon âge, je pourrai longtemps encore faire ce service si pénible. Nous n'oublions pas les réflexions des 28 et 30 novembre dernier, ni celles du 3 novembre.

1er Janvier 1911 — J'ai mis les conseillers paroissiaux et même les fidèles au courant de ce qui est écrit aux pages précédentes 305, 306, 307, 308, 309, 310-11. J'ai avoué que j'aurai de la peine à rester parmi eux pendant longtemps à cause de mon âge, du surcroît de besogne, etc, etc.
Plusieurs manifestent un profond regret, la plupart trouve mes réflexions très justes, beaucoup pensent que ce sont des paroles en l'air. D'ailleurs, il faut en attendre l'avis, la décision de Mgr l'évêque Videbitar.
Une forte grippe sévit dans tout le pays : nous avons une très forte besogne.
L'ex-Abbé Jean Stéphan, de Squividan, est mort il y a huit jours, dans les meilleurs sentiments de foi et de résignation. Il m'a montré la plus grande estime et la plus grande affection.


— Page 312 —

——— 1911 ———

11 Janvier 1911 — Hier, j'ai vu Monseigneur Duparc qui m'a reçu avec une bonté toute paternelle et une vive émotion. Mgr connaissait l'état de ma santé fatiguée par 23 ½ années de combat, de dur service paroissial et de diverses tribulations. Je bénis Mgr l'évêque. Il y aura une solution très-prochainement publique.

13 Janvier 1911 — A mon arrivée à Penmarc'h, il y avait 3.333 habitants dans cette paroisse : il y en a aujourd'hui environ 7.000.

Il y avait, à St Guénolé, deux fritureries pas d'hôtel, pas de routes macadamisées, peu de maisons à Enez-Raden, deux cabanes à Menez-Kérouill où il y a aujourd'hui le Château des Goélands, des douzaines de maisons, chalets, fritureries (9 à St Guénolé). On y compte près de 2.000 habitants.
St Pierre (900 hab.) et Kérity (1.300) se sont considérablement augmentés. Le bourg paroissial de Tréoultré-Penmarc'h s'est augmenté d'un bon tiers (6 ou 700 habitants).
Plusieurs centaines d'hectares ont été gagnés à l'agriculture, aux construction sur la route de la grève : à Kergazegan ; aux Maris Clos et déclos de Kérity et de la Grève Blanche ; à Pont-Nignon, Loc'h-ar-Vroac'h, Kervedal-Kerloc'h-Corche ;au Marais Lescors-Kéréon, jadis frustre, aujourd'hui cultivé ; à Prat-an-Dok, Penn-an-Tachennoù, Tachennoù-Moc'h ; près de 75 hectares au marais de Ster-Poulguen, à Ste Anne, St Joseph, St Joachim, Kerveur, Ste Marie ; a Poulguen-vras, etc, etc.

F.M. Le Coz, Recteur


Monseigneur Duparc © Villard

— Page 313 —

———o 1911 o———

15 Janvier — A Esquibien, enterrement de Mr Moullec, ancien recteur de St Jean-Trolimon et de Moëlan, décédé au couvent de Pont-L'Abbé, vendredi dernier, 13 courant.
- A Penmarc'h, refus de sépulture ecclésiastique à Pierre Quenet de Kervinigan, mauvais mari, mauvais père, mauvais Chrétien, pécheur public, qui s'est pendu en pleine connaissance.

F.M. Le Coz


18 Janvier — Mr Fleiter, vicaire général, m'annonce ce matin l'arrivée prochaine de mon remplaçant, Mr Guillerm, Recteur de Port-Launay.

20 Janvier — Il est installé, le 20 janvier à 3h ½. Tout se passe très bien et l'emballage, commencé hier, continue et continuera demain. Dimanche, 22 courant, je confesserai et dirai la 1ère messe. Mr Martin a la bonté de dire, aux trois messes, un mot d'adieu, de ma part, à mes vieux paroissiens de 23 ans ½. Je le remercie d'avance.

22 Janvier — Dimanche, fête de la Sainte Famille...
Exécuté comme c'est dit, au 20 janvier. Qq visites reçues. Je pars, Mardi, par le train de 9 h 29 mn.

24 Janvier 1911 — Pax et Benedictio Dei omnipotentis, descendant super vos et maneat semper. Amen.1
Et fidelium animae per misericordiam Dei. Requiescant in pace. Amen.2

F.-Mie Le Coz, anc. Rr de Penmarc'h


Note KBCP :
(1) Et que la bénédiction du Dieu tout-puissant, descende sur vous et y demeure à jamais. Amen.
(2) Que par la miséricorde de Dieu les âmes des fidèles reposent en paix. Amen.  


Google Analytics

Facebook

Twitter