Naufrage de la Garonne (suite et fin)

La dépêche de Brest, article du 22 juin 1897

L'échouement du steamer « Garonne »


L'équipage du steamer norvégien Garonne qui, le 5 courant, en allant de Bordeaux à Fresbourg (Hollande) avec diverses marchandises, est venu, par une épaisse brume, s'échouer sur la roche Locarec, à un mille sud-sud-est de la pointe de Kérity, est arrivé avant-hier à Brest par le vapeur Havrais.

Le capitaine Pétersen1 et son second sont descendus à l'hôtel Continental. Les autres hommes — au nombre de 14 — ont été conduits chez Mme Nicolas, débitante, quai de la Douane, au port de commerce.

Une partie de la cargaison de la Garonne a pu être sauvée. Quant au steamer, il a été vendu comme épave à M. Morice, de Brest.

Le capitaine Pétersen1 s'est rendu hier au bureau de M. de la Ménardière, courtier maritime, où il a fait son rapport de mer, qu'il affirmera aujourd'hui devant M. de Kerros, vice-consul de Suède et de Norvège.

L'équipage de la Garonne sera, à la première occasion, dirigé sur le Havre, où il s'embarquera pour la Norvège.


Note KBCP :
(1) Ludvig  Thorbjornsen


La Dépêche de Brest, article du 23 Juin 1897

L'échouement de la « Garonne ».

— Le capitaine Pétersen1, du steamer norvégien Garonne, de Christiania, ainsi que les quinze hommes qui composaient son équipage, se sont rendus hier, à 1 h. 1/2, au consulat de Suède et de Norvège, où ils ont affirmé devant M. de Kerros la véracité du rapport rédigé par le capitaine à la suite de l'échouement de ce steamer.

Note KBCP :
(1) Ludvig  Thorbjornsen
  

La Dépêche de Brest, article du 24 Juin 1897

L'échouement de la « Garonne ». 

— Le capitaine et les quinze hommes de l'équipage du steamer norvégien Garonne, de Christiania, quitteront Brest ce matin, par le train de 6 h. 15. Ils vont se rendre d'abord à Morlaix, d'où ils s'embarqueront sur le vapeur qui fait le service de Morlaix au Havre. De ce dernier port, ils partiront pour Christiania.


Gare de Brest © Neurdein 

La Dépêche de Brest, article du 27 Juin 1897

STEAMER « GARONNE »
à Brest, au port de commerce, en les magasins
de M. A. Huau, rue du Chemin de Fer.
VENTE PUBLIQUE
de marchandises avariées, provenant du steamer Garonne

Les vendredi 2 et samedi 3 juillet 1897, à une heure et demie de l'après-midi, et jours suivants, s'il y a lieu, il sera procédé par le ministère de Me René Alloum, commissaire-priseur à Brest, à la vente aux enchères publiques et au comptant des marchandises suivantes :
Grand stock de conserves diverses, petits pois, haricots, flageolets, asperges, macédoine de légumes, champignons, choux de Bruxelles, sardines, tomate, etc.
Fromages.
Quantité de vins de grands crus, Champagne, grands vins de Bordeaux et autres, cognac et liqueurs de toutes sortes.
Cette venté a été autorisée suivant jugement du tribunal de commercé de Brest, rendu le 26 juillet 1887, et fixant le minimum des lots à 30 fr.
Elle sera faite à la requête de M. Thorbjornsen Ludvig1, capitaine du steamer norvégien Garonne.
Paiement aussitôt l'adjudication, 5 % en sus.
La commissaire-priseur, R. ALLOUIN.

Pour tous renseignements, s'adresser :
à Edouard de Kerros, vice-consul de Suède et de Norvège, à Brest ; au port de commerce, en les magasins de M. A. Huau, représentant des assureurs maritimes, à Brest, ou à Me René Allouin, commissaire-priseur à Brest, salle des ventes.

Note KBCP :
(1) Enfin la confirmation : Le nom du capitaine n'est pas Petersn mais bien Ludvig  Thorbjornsen et met fin à plusieurs semaines d'obstination journalistique.
  

La Dépêche de Brest, article du 11 août 1897

La « Garonne » renflouée. — M. Le Roux, directeur de la Société anonyme des Vapeurs brestois, a réussi à renflouer le steamer la Garonne, qui s'est perdu, dans le courant du mois de juin, dans les parages de Penmarch.

La Garonne, qui flotte actuellement, grâce au double pont que M. Le Roux a fait construire, sera remorquée à Brest dès que le temps le permettra.


Bureaux de la Société Anonyme des Vapeurs brestois © Y. Le Bourdonnec 


La Dépêche de Brest, article du 1er septembre 1897

La « Garonne ».— La Garonne, renflouée, par MM. Le Roux, Morice et Cie, de la société des Vapeurs brestois, se trouve, depuis environ trois semaines, près de la cale de Kérity. On attend le beau temps pour le remorquer à Brest.

La Dépêche de Brest, article du 11 septembre 1897

Le renflouement de la « Garonne ». — M. Le Roux, directeur de la Société des vapeurs brestois, qui vient de terminer le renflouement de la Garonne, échouée à Kérity-Penmarch, va faire remorquer ce steamer à Brest.

Le Cotentin et le Travailleur quitteront Brest, ce matin, pour aller chercher la Garonne, qu'ils remorqueront à Brest. 


Brest - Le « Travailleur » et le « Cotentin » à couple au 1er bassin, ligne du Fret 
© H. Chalain 

La Dépêche de Brest, article du 14 Septembre 1897

Arrivée de la « Garonne ». — Le steamer la Garonne, qui s'était perdu, dans le courant du mois de juin dernier, dans les passages de Penmarch, et qui avait pu être renfloué, a été remorqué hier, à Brest, par le Cotentin et le Travailleur, de la Société anonyme des vapeurs brestois.

Ce steamer a été conduit au Gaz, où M. Morice, capitaine au long cours, qui en a fait l'acquisition, va procéder à sa démolition.


Brest Le Gaz © G.B.


La Dépêche de Brest, article du 30 octobre 1897 

Tribunal correctionnel de Brest
———
Détournements de hardes

Lorsque la Garonne fut venue à la côte à la pointe de Penmarch, M. Morice se rendit acquéreur du navire, et M. Huau de la cargaison.

Pour renflouer le steamer échoué, M. Morice embaucha une équipe qui procéda au déchargement du navire. Pendant cette opération, quelques-unes de mailles ou des valises demeurées à fond de cale éventrées par les crocs des gaffes au moyen desquelles on les repêchait laissèrent échapper une partie de leur contenu.

Quelques ouvriers s'emparèrent de ces nippes et hardes. La chose vint aux oreilles de M. Morice, qui porta plainte contre eux. Ils ont comparu hier devant le tribunal correctionnel et, après plaidoiries de Me Isnard et Dubois, ont été condamnés : Auguste F..., à 25 francs d'amende ; Guy D..., Joseph L..., Guillaume K..., Pierre Le G..., Clet Le G..., Alfred Le B... et Alain Le G..., à 10 francs d'amende. Tous les prévenus ont bénéficié de la loi Bérenger, sauf Joseph L..., qui précédemment avait subi une condamnation pour outrage aux agents.



Tribunal de Brest © MTIL


Google Analytics

Facebook

Twitter