L'Église St Nonna racontée par le Recteur Le Coz


Note importante : Les Chroniques du Recteur François-Marie Le Coz ont été écrites pendant la période de son sacerdoce en la paroisse de Penmarc'h, soit entre 1887 et 1911. Ces chroniques ont été réalisées à la plume sergent major sur cahier d'écolier ; les textes suivants sont donc une retranscription des écrits du Recteur, sa mise en page ayant été respectée au plus près.



--------------------------------------------------------------------------------------------------------------Page 13-------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Église de Tréoultré


Les archives, registres et autres papiers de la paroisse de Tréoultré antérieurs à l'an 1640 ont tous disparu. La Fontenelle a dû en brûler la plus grande partie vers 1595. Les archives depuis 1640 jusqu'à 1806 sont à la Mairie de Penmarc'h. Les archives, registres depuis 1806 sont au presbytère de Penmarc'h où l'on trouve également les titres de rentes, de propriétés et divers autres papiers concernant Tréoultré et St Guénolé.

Y a-t-il eu une église à Tréoultré avant l'église actuelle ? Oui, car il y a des rentes ou fondations datant d'une époque antérieure au 16ème siècle. Quelle était cette église, à quelle époque remontait sa construction ? Nous l'ignorons. Les documents manquent.
La belle église actuelle est du commencement du 16ème siècle. En creusant les fondations on a pratiqué sous cette église un canal destiné à empêcher l'humidité en recueillent les eaux souterraines.


--------------------------------------------------------------------------------------------------------------Page 14-------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Ce canal passe sous les contreforts qui se trouvent entre les deux portiques.

L'Église de Tréoultré-Penmarc'h, dédiée à St Nonna est d'un style gothique assez remarquable quoique un peu lourd (XVIème siècle). Les ogives de ses fenêtres ont de la grâce et leurs compartiments, découpés avec art, ne sont pas dépourvus d'élégance. On remarque surtout dans la fenêtre de façade du bas côté nord (Fonts Baptismaux) trois grandes fleurs de lys découpées dans la pierre qui supporte le vitrage ; ce qui a dû être d'une grande difficulté d'exécution.

Le portail est pratiqué au pied d'une grosse tour carrée, garnie de contreforts ; c'est une grande arcade en ogive enrichie de feuilles de vigne. Plusieurs navires curieux par leur forme singulière sont sculptés à la façade ; ils peuvent donner l'idée de la construction bizarre des vaisseaux au 15ème et au 16ème siècle et prouvent en même temps que l'édification de l'Église de Saint Nonna est due principalement à des armateurs de Kérity-Penmarc'h qui faisaient un très grand trafic de morues, Juliennes, Maquereaux, Merlus, etc. Au dessus, les deux portes géminées, sur l'arcade, on distingue une inscription en caractères gothiques, à moitié rongée 


--------------------------------------------------------------------------------------------------------------Page 15-------------------------------------------------------------------------------------------------------------

par le temps : des spécialistes pourraient la déchiffrer, comme ils pourraient également compléter l'inscription suivante qu'on voit sur l'arcade du portail sud :

"Le jour de Sainct René, l'an mil CCCCCVIII fut fondée ceste église et la tour l'an CCC neuff dont estait recteur Kl. Jégou"

La date de la tour est fautive. Il y a CCC (500) neuff. L'ouvrier s'est trompé au commencement de la date. Il a vu que l'espace manquait et il n'a mis que le mot principal neuff c.à.d. 1509.

La maîtresse vitre placée derrière le choeur est remarquable par la beauté de ses vitraux où l'on voit encore les armoireries de plusiaurs anciennes familles bretonnesqui, par leur générosité, ont aussi contribué à ériger l'église. Au dessous des armes de Bretagne, et de France placées en supériorité, on distingue les armes :

  • des Rohan, seigneurs de Trégalet
  • des barons de Pont l'Abbé (Du Quélennec)
  • des Rostrenen, seigneurs de Kerbrohou
  • des Langueouez et Foucault successivement seigneurs de Lescoulouarn
  • des Kervéréguin
  • des Lezongat, seigneurs de Lestialla (Plomeur)
  • des Kerlivent, seigneurs de Kernus.

Notes en marge :

Le jour de la St René ou plutôt Renan, c'est le 1er Juin. Autrefois, le pardon de Penmarc'h se célébrait le 1er dimanche de Juin. La première pierre a pu être mise le 1er juin 1508, jour du pardon.

Karolus Jégou, un lieu de Kerugon. A noter : Carolus, Charles écrit par un K et non un C (voir le n°1 de l'année 1905 (TSVP)


--------------------------------------------------------------------------------------------------------------Page 16-------------------------------------------------------------------------------------------------------------

On voit dans l'église, près du maître-autel, une pierre tombale armoriée des armes d'un sieur du Hellez de la maison des Penmorvan. A droite et à gauche du maître-autel, il y a d'autres pierres tombales très curieuses. Elles portent les écussons des familles qui ont contribué à à la construction de l'église. Dans différents endroits du pavé de l'église on remarque des pierres tombales qui portent des espèces d'armes ou armoiries irrégulières des armateurs de Kérity-Penmarc'h. On y distingue encore des formes d'ancres, de bateaux, de croix, de poissons et quelquefois des signes plus ou moins cabalistiques. C'était la marque que tel ou tel armateur, telle ou telle famille mettait sur ses bateaux, ses maisons, ses tombes, à une époque où les plus riches et mieux posés dans la société se glorifiaient de ne savoir ni lire ni écrire.

Quatre bénitiers en Kersanton portent les dates de 1614, 1617, 1624. Celui de 1617, placé près de la porte sud est enrichi de signes et de marques hiéroglyphiques semblables à celles dont nous avons parlé plus haut.

Un titre de rente du 17ème siècle dit "qu'il y a devant l'autel du Rosaire, à l'intérieur du chœur, trois tombeaux s'entre-joignant qui appartiennent à la famille Le Gall de Kérity


Notes en marge (suite de la page précédente) :

On y lit, page 32 :

Vicaires. Recteurs de Plouguer-Carhaix :

1512 - Charles Jégou, Recteur de Tréoultré Penmarc'h, vicaire de Carhaix.
Chanoine de la Collégiale de Saint Trémeur :
1512 - Charles Jégou

(Signé) F. Le Coz
29 Mars 1905


--------------------------------------------------------------------------------------------------------------Page 17-------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Au bas de l'église, côté sud, les visiteurs s'arrêtent avec surprise devant une cheminée. Elle a sa raison d'être dans une église construite pour servir de forteresse en cas de siège. Il suffit d'examiner un instant les deux tours et la sacristie adossées au chevet de l'église pour s'apercevoir que les fenêtres et autres ouvertures sont de véritables meurtrières. La cheminée servait à cuire les aliments des assiégés et à chauffer de l'eau bouillante destinée à être jetée sur les assiégeants par les meurtrières et du haut des tours. Nous dirons ailleurs que trois mille habitants de Kérity-Penmarc'h ont été assiégés et égorgés par La Fontenelle, dans cette église de Tréoultré. L'église paroissiale était le fort avancé du côté de l'est, et il fallait s'en emparer avant de songer à prendre Kérity qui était une ville ouverte.
Autrefois, les Fonts-Baptismaux se trouvaient à côté de la cheminée dont il vient d'être parlé. Lors de sa visite pastorale, le 18 juillet 1782, Mgr de Saint Luc ordonna de placer les Fonts dans un lieu plus commode, par exemple dans la chapelle du bas côté nord, au pied de la tour. C'est en cet endroit qu'ils se trouvent actuellement (1888). On y remarque à gauche, une frise singulière : des maquereaux en crois tenus par un marin et des oiseaux de mer.


--------------------------------------------------------------------------------------------------------------Page 18-------------------------------------------------------------------------------------------------------------


Le procès-verbal de la visite pastorale de 1782 constate encore l'humidité de la sacristie accolée au chevet de l'église. Cette sacristie faite, comme toute l'église, de pierres extraites de la grève, et ne recevant d'air que par deux petites meurtrières, n'était jamais assez sèche pour conserver les ornements dans un état satisfaisant de propreté. Quelques années plus tard, (1787-88), le recteur (Mr Tuchet) demande la permisiion de construire une sacristie neuve. "L'ancienne sacristie, écrit-il à l'évêque, est tellement humide qu'on n'y peut y garder ni calices, ni linges pendant 8 jours, même en été..." En 1789, François Noël Souché de la Brémaudière, seigneur de Rossulien en Plomelin, consent à ce qu"une porte soit percée à la place de l'xxxxx à lui appartenant dans l'intérieur de la balustrade, pour la nouvelle sacristie..."
Elle fut terminée en 1789. Depuis cette époque, elle a été restaurée en 1855 et en 1888-89.
Les confréries du St Sacrement, du Rosaire et des trépassés étaient établis dans l'église de Tréoultré-Penmarc'h.
Décimes : 1786 1789

Mr le Recteur 75H 84H15

La Fabrique 9H10 10H10


--------------------------------------------------------------------------------------------------------------Page 19-------------------------------------------------------------------------------------------------------------

     1786 1789

Le Rosaire 1H15 2H00
Le Sacre 1H15 2H00
St Pierre 1H15 2H00
Ste Thumette 1H15 2H00
N.-D. de la Joie 8H 12mn 6s 9H10
St Marc 1H15 2H00

Avant, comme depuis la Révolution, la Fabrique de Penmarc'h possède de bonnes rentes en argent, en blé, etc...

Tableau du vœu de Louis XIII

Derrière le retable de l'autel de N.-D. du Rosaire, on voit un ancien tableau représentant une procession de Cardinaux et de princes. D'après M. E. Souvestre, la tradition du Chapitre de Quimper est que cette procession eut lieu effectivement à Penmarc'h et que le tableau en question, tableau de valeur d'ailleurs, fut fait pour en consacrer le souvenir. On voit dans le fond de cette peinture l'église de Penmarc'h qui est fort reconnaissable. On ignore a quelle époque cette procession a eu lieu, mais les personnages du tableau portent le costume de


--------------------------------------------------------------------------------------------------------------Page 20-------------------------------------------------------------------------------------------------------------


de Louis XIII. Mr de Courcy dit simplement que le tableau représente la procession du vœu de Louis XIII. Le roi, accompagné du Dauphin (depuis, Louis XIV) et du cardinal de Richelieu, suit la procession de Penmarc'h. A l'Horizon,, on aperçoit les navires voguant sur la mer. Il est probable, pour ne pas dire davantage, que jamais Louis XIII, le Dauphin et le Cardinal de Richelieu ne sont venus assister à une procession à Penmarc'h. Tout porterait à croire qu'il y a eu à Penmarc'h, encore riche aux temps de Louis XIII, une magnifique procession commémorative du vœu de ce roi et que le tableau a été fait pour en garder le souvenir.

On remarque dans l'église de Penmarc'h un grand nombre de vieilles statues. La plupart n'ont pas un cachet artistique et sont seulement remarquables par leur vétusté. En effet, la pose et les draperies accusent pour plusieurs, 2 ou 300 ans d'existence.
Près de l'autel de St Joseph et de la sacristie se trouve ce que l'on appelle le Diable de Penmarc'h St Michel terrassant le démon (Lucifer). Le démon est sous la figure d'un immonde crapaud dont un des genoux se termine par un bec d'épervier.

Près du catafalque, une petite statue


--------------------------------------------------------------------------------------------------------------Page 21-------------------------------------------------------------------------------------------------------------


de Ste Anne portant d'un côté la Ste Vierge et de l'autre l'enfant Jésus.
A l'entrée du cœur, les grandes statues de la Ste Vierge et de St Corentin posés sur d'immenses piédestaux(1) en Kersanton parfaitement travaillés. M. Expilly, évêque constitutionnel a fait exécuter ces statues pour St Martin puis pour la cathédrale de Quimper !!!
Les plats en cuivre qui servent à faire la quête chaque Dimanche sont remarquables par leur ancienneté et par les sujets qui les ornent : Adam, Eve et le serpent. La grappe de raisin de la vallée de la Sauba qui exigeait deux hommes pour la porter, l'Annonciation, etc...
Il y a , à l'exergue, une inscription en caractères gothiques. Ces plats doivent provenir d'un naufrage quelconque. Ils sont curieux à voir et peuvent être d'un grand prix pour les amateurs.
Le lambris de l'église a été fait en 1824, de bois d'épave de qualité inférieure : aussi tombe-t-il en morceaux au bout de 60 ans.
Les vieillards comme Bodéré, 88 ans, cantonnier, se rappellent avoir vu dans la partie nord du cimetière actuel, les ruines d'une petite chapelle dédiée à Saint Laurent. La fontaine de Saint Laurent est au bas du bourg entre

(1) Note de bas de page :
Les piédestaux ont été exécutés par un jeune artiste nommé Quéré qui a été exempté de la Conscription pour qu'il pût terminer son œuvre.

Note en marge (à propos des plats de quête) :
Ces plats en cuivre repoussé sont d'origine Flamande (Dinan, Dinant). Dinanderie : Ustensiles en cuivre jaune fabriqués à Dinant (Belgique) 16e et 17e siècle Oict. les Dickorna

Note KBCP : Le cuivre jaune des plats est en fait du laiton.


--------------------------------------------------------------------------------------------------------------Page 22-------------------------------------------------------------------------------------------------------------


la route de Kérity et celle de Penity. Cette chapelle parait antérieure à l'église construite à côté en l'honneur de St Nonna.
Autrefois, le chemin de tréoultré à Kérity était le suivant : Rue ou route de St Laurent, continuation jusque Parc an Normand, puis route longeant longeant le mur est de Parc an Normand (disparue aujourd'hui) pour courrir tout droit à Croas Toull, c'est à dire à la voie romaine (Près de Lannek-Kerfeunteun) venant de pont l'Abbé à Kérity par Plobannalec, Plomeur, Squividan, Ménez-Tréoultré, Lannek-Kerfeunteun, Forn ar Zal, Kerargant Huel, Pont ar Grucifix, Poulglas, Kérity.


--------------------------------------------------------------------------------------------------------------Page 23-------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Église de Tréoultré – Penmarc'h


Longueur à l'extérieur = 50 mètres
Largeur à l'extérieur    = 28 "
-------------
Superficie sous l'édifice = 1400 mètres carrés


--------- - ---------

Longueur à l'intérieur :

Ancienne sacristie = 3 m
Sanctuaire             = 5 m
Nef                        = 32 m
Sous la tour           = 7 m
                           -------------
                                47 mètres


Largeur à l'intérieur :

Largeur de chaque bas-côté = 7m x 2 = 14m
Largeur de la Nef                                 = 10m
                                                           --------------
                                                               24 mètres


--------- - ---------

Superficie :

1° du sanctuaire, du chœur, de la nef = 37 x 24 = 888 mètres carrés

2° de la chapelle, des Fonts Baptismaux= 7 x 7 = 49 mètres carrés

3° sous la tour = 6,14 x 7                                    = 43 mètres carrés
                                                                          ---------------
                                                                               980 mètres carrés
4° vieille sacristie = 3 x 6,70                               =  20 mètres carrés
                                                                          ---------------
                                                                               1000 mètres carrés

1000 mètres Carrés, sans compter la nouvelle sacristie 30 m.c
.

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------Page 24-------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Les colonnes, les autels, les confessionnaux, les stalles occupent environ 50 mètres carrés.

Il reste, pour les fidèles, 950 m Carrés à 3 chaises par mètre carré = 2850 chaises.
Il convient de ne compter, pour les chaises, que l'espace compris depuis la ballustrade jusqu'à la tour, soit 32m x 14 m = 768 m Carrés. Retirons 38 m carrés occupés par les colonnes, les confessionnaux, etc, il reste effectivement pour l'assistance 730 mètres Carrés. 730 m c x 3 = 2190 chaises dans la nef et les bas-côtés, sans compter le sanctuaire 5 x 24 = 120 m Carrés et l'espace compris sous la tour et dans la chapelle des Fonts.

Chiffre rond : 2200 chaises.

L'église peut contenir trois mille personnes dont 700 ou 800 ayant des chaises.

(complément de 1905)
1905 - Pour la commodité du clergé et des fidèles, une porte a été pratiquée dans une des fenêtres de la sacristie terminée en 1789, du temps de Mr Pochet, recteur de Penmarc'h.


François Le Coz, Recteur 

Paragraphe 2

Nunc sapien mauris, imperdiet ac pellentesque quis, facilisis non sapien. Maecenas congue vehicula mi, id luctus mi scelerisque nec. Cras viverra libero ut velit ullamcorper volutpat. Maecenas ut dolor eget ante interdum auctor quis sed nunc. Proin faucibus, mauris vitae molestie sodales, erat nisi rhoncus justo, in placerat turpis elit sed eros. Mauris molestie, justo et feugiat rutrum, arcu metus dapibus quam, sollicitudin tempus tortor dolor et nibh.

Plus...

Paragraphe 3

Nunc sapien mauris, imperdiet ac pellentesque quis, facilisis non sapien. Maecenas congue vehicula mi, id luctus mi scelerisque nec. Cras viverra libero ut velit ullamcorper volutpat. Maecenas ut dolor eget ante interdum auctor quis sed nunc. Proin faucibus, mauris vitae molestie sodales, erat nisi rhoncus justo, in placerat turpis elit sed eros. Mauris molestie, justo et feugiat rutrum, arcu metus dapibus quam, sollicitudin tempus tortor dolor et nibh.

Plus...

Paragraphe 4

Nunc sapien mauris, imperdiet ac pellentesque quis, facilisis non sapien. Maecenas congue vehicula mi, id luctus mi scelerisque nec. Cras viverra libero ut velit ullamcorper volutpat. Maecenas ut dolor eget ante interdum auctor quis sed nunc. Proin faucibus, mauris vitae molestie sodales, erat nisi rhoncus justo, in placerat turpis elit sed eros. Mauris molestie, justo et feugiat rutrum, arcu metus dapibus quam, sollicitudin tempus tortor dolor et nibh.

Plus...

Paragraphe 5

Nunc sapien mauris, imperdiet ac pellentesque quis, facilisis non sapien. Maecenas congue vehicula mi, id luctus mi scelerisque nec. Cras viverra libero ut velit ullamcorper volutpat. Maecenas ut dolor eget ante interdum auctor quis sed nunc. Proin faucibus, mauris vitae molestie sodales, erat nisi rhoncus justo, in placerat turpis elit sed eros. Mauris molestie, justo et feugiat rutrum, arcu metus dapibus quam, sollicitudin tempus tortor dolor et nibh.

Plus...

Google Analytics

Facebook

Twitter