La Chapelle St Pierre selon le Recteur Le Coz


Note importante :
 Les Chroniques du Recteur François-Marie Le Coz ont été écrites pendant la période de son sacerdoce en la paroisse de Penmarc'h, soit entre 1887 et 1911. Ces chroniques ont été réalisées à la plume sergent major sur cahier d'écolier ; les textes suivants sont donc une retranscription des écrits du Recteur, sa mise en page ayant été respectée au plus près.




--------------------------------------------------------------------------------------------------------------Page 73-------------------------------------------------------------------------------------------------------------

L'église ou Chapelle de St Pierre entre le phare et le sémaphore


C'est un édifice très bas menacé de chaque côté par l'envahissement de la mer. Un mur de défense a dû être construit pour protéger le sémaphore, la chapelle et le phare (1). La Fabrique a vendu du terrain à la marine pour la construction du sémaphore en 1861 ; elle ne possède plus que la chapelle et le cimetière ; ce dernier se loue de 8 à 10 f par an pour sécher les filets de pêche, le varech, etc... Il y a environ cent ans, un vaisseau anglais fit naufrage (2) sur les récifs situés à l'ouest de St Pierre et 120 cadavres furent enterrés dans la partie nord du cimetière : quelques uns ont été découverts quand la mer a envahi le cimetière, il y a quelques années. En 1888, la Fabrique fait prolonger le mur de défense et dégager la chapelle d'un amas de décombres. Autrefois, la Fabrique possédait un champ au sud du cimetière ; il a disparu ainsi que la bordure de gazon que l'on voyait encore il y a 40 ans, entre la terre ferme et la mer depuis St Pierre jusqu'à Kervily.

La croix qui se trouve au bord de la mer, près du phare, a été rapprochée par deux fois de la grand' route. Elle était plus de 100 mètre plus loin, au 16ème siècle.


Note KBCP :
(1) Quand Le Coz parle du phare, il parle de celui que l'on nomme aujourd'hui "petit phare", inauguré en 1835, le grand phare d'Eckmühl, lui, n'ayant été inauguré qu'en 1897...
(2) Vers 1788.

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------Page 74-------------------------------------------------------------------------------------------------------------


La Chapelle St pierre ne remonte pas au-delà du 15ème siècle ; elle a été raccourcie de moitié. La tour carrée est solidement construite et servait de défense contre les pirates, au 15ème te 16ème siècle. Un des angles de la tour est coupé par un pan dans les deux tiers de sa longueur ; à l'angle opposé à celui-ci est une tourelle en forme de nid d'hirondelle percée de meurtrières : aux quatre angles principaux, on remarque comme caryatides, des animaux ou des hommes, dont l'un (angle nord-ouest) est occupé à une action de la dernière indécence. Le sémaphore a été installé au haut de la tour et y a fonctionné avant la construction du sémaphore actuel.
La Chapelle de St Pierre a été restaurée en 1843 : Elle est l'une des premières parmi les chapelles de dévotion de Penmarc'h. Le pardon se célèbre, tous les ans, le jour même de la St pierre, le 29 juin ; c'est le pardon des petits enfants que l'on y apporte en foule de Penmarc'h et des paroisses voisines

Ty ann aotrou Sant Per.

Le phare de St Pierre mesure 41 mètres d'altitude et a 22 milles de portée.

En octobre 1887, St Pierre (Kerfézec - Lezannoo - Toulkêr) compte 380 habitants.
En 1894, on bâtit un phare de 60 m de haut. (1)


Note KBCP :
(1) Cette dernière information a été ajoutée à posteriori (vers 1894, probablement)

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------Page 74-------------------------------------------------------------------------------------------------------------

- 16 et 17 novembre 1888 : Prolongement du mur du cimetière, dégagement de la chapelle, de 30 à 40 hommes de bonne volonté par jour. Pierres détachées ou roulantes prises avec l'autorisation formelle de Mr le Préfet du Finistère. Coût : 106f50. La Fabrique a reçu du gouvernement en 1843, une indemnité de 800f pour terrain cédé pour la construction du phare.
En 1861, elle vend une partie du cimetière pour la construction du sémaphore, cent francs. En 1888, le recteur est obligé de défendre les droits de la Fabrique et a raison contre la Marine et les Ponts et Chaussées en invoquant le témoignage de ces ventes (voir délibérations de l'époque)
(Voir p 158.)  


Google Analytics

Facebook

Twitter