Eglise paroissiale Ste Thumette

Décrépitude et renaissance de l'Église de Kérity

Après la Révolution, l'église Ste Thumette commence à se dégrader.

« En 18081, la cloche de l'Église de Kérity tombe et elle est transportée à N.-D. de la Joie.
En 1809, Mr Le Gall, Recteur de Penmarc'h, prie monseigneur l'évêque de faire attention à l'église de Kérity : "Si elle est vendue, l'église principale y perdrait 20.000 ardoises et une charpente encore fort bonne". A cette époque, la charpente et une partie de la couverture existaient encore. C'était, pour les habitants de Kérity, le moment de faire un effort et de se cotiser pour restaurer l'église. Au lieu de cela, "les habitants, dit Mr Le Gall, recteur, refusent de la réparer et demandent même qu'on achève de la découvrir avant qu'elle soit soumissionnée par Mr Brizel et consorts, comme ils l'ont annoncé"
Bientôt l'église de Ste Thumette n'a plus ni toit, ni charpente, elle est à l'état de ruines : il n'y a plus que les quatre murs et l'herbe pousse dans le sanctuaire.
En 1887, les habitants de Kérity se plaignent que la Fabrique laisse en ruines la chapelle ou l'église de Ste Thumette, alors - disent-ils - qu'une partie de rentes de la Fabrique proviennent de cette ancienne église. D'abord, cette assertion est fausse. La Fabrique a moins de rentes à Kérity et aux environs que dans le reste de la paroisse. Les Habitants de Kérity n'ont jamais contribué à construire et à entretenir l'église de Ste Thumette, ils n'ont jamais plus contribué que les autres à l'entretien de l'église paroissiale. Une quête faite à Kérity pour la restauration de sa chapelle produirait une somme insignifiante. Verba et voces proetereague nihil : Vantardise et commérages, rien de plus. Les Kérityens devraient bien se rappeler ce que leurs pères et leurs grands-pères ont dit et fait en 1808 et en 1809 quand on pouvait encore empêcher la ruine totale de cette église pour laquelle. ils prétendent aujourd'hui avoir tant de vénération. En 1888, la chapelle de Kérity est devenue ne véritable lieu de décharge, pour ne rien dire de plus. Mr Le recteur fait boucher les fenêtres, mettre une serrure à la porte pour couper court à ces abus et empêcher que les enfants ne continuent à jeter en bas les restes de la tour et des murs.
Tout porte à croire que cette église ne sera jamais restaurée.
Au mois de mai 1888, les femmes de Kérity nettoient la nef et le bas-côté de la chapelle pour obtenir "une bonne pêche" par l'intercession de Ste Thumette. Les jeunes filles de Kérity se cotisent pour acheter une statue de la sainte, destinée à être portée en procession. Coût 80 francs. La statue est bénite et portée en procession à N.-D. de la Joie par seize jeunes filles de Kérity le 15 août 1888. »         
(Recteur François Le Coz)

(1) La cloche est tombée... parce que la tourelle nord est tombée !


Le mur Sud de l'église Ste Thumette est classé aux monuments historiques le 7 février 1916. 

En 1943, l'église est nettoyée et une messe y est dite par des chanoines.

Messe dans les ruines de Ste Thumette © Mimi Guégaden

Par ordonnance épiscopale du 8 mars 1949, Ste Thumette devient église paroissiale. L'évêché achète l'ancien manoir fortifié de Kérousy pour en faire le presbytère. Celle promulgation enclanche la restauration de l'église courant 1950. 

L'Église Ste Thumette renovée est inaugurée et consacrée le 3 juin 1953.

Bien que faite sous l'égide des Monuments Historiques, au moins une restauration semble assez fantaisiste : C'est celle de la partie Sud, dont les contreforts se parent de "restachoù" de colonnes et colonnettes dont on se demande d'où elles proviennent.

1961 voit la restauration du porche par les beaux-arts.

De 1963 à 1966, une sacristie est construite par de jeunes bénévoles, côté Nord. Elle utilise l'ancienne porte Nord pour entrer dans l'église. 

En 2015 et 2016, l'édifice fait l'objet d'un toilettage, les "louzoù" (mauvaises herbes) minant dangereusement l'édifice. Les vitraux sont remplacés.

La réfection complète des sols sera effectuée début 2020.