LES HOSPITALIERS SAUVETEURS BRETONS

LE PAVILLON


HISTORIQUE


Henri Nadault de Buffon (1831-1890) est l'arrière-petit-neveu du grand naturaliste. Il perpétue la tradition familiale en se lançant dans des études de magistrature. Depuis l'enfance, il se fait remarquer par son courage et sa générosité de coeur. Ainsi, en 1861, il reçoit une médaille d'or pour s'être porté au secours d'un désespéré qui s'était jeté dans la Saône. En 1863, il arrive à Rennes et est, tour à tour, Substitut du Procureur, Avocat Général, Conseiller à la Cour d'Appel de Rennes. Sa cécité apparue en 1872 ne l'empêche pas de fonder la Société Régionale Libre des Hospitaliers Sauveteurs Bretons plus communément nommée Société des Hospitaliers Sauveteurs Bretons en 1873 à Rennes. Elle est inaugurée le 17 Mai 1874. La Société des Hospitaliers Sauveteurs Bretons est affiliée aux Oeuvres Hospitalières de l'Ordre de Malte.

Les statuts de la Société comprenant pas moins de 950 articles, véritable Code de dévouement et de devoir, pouvait être considéré comme "La Bible du Sauveteur".
Ils précisent que "cette Œuvre est à la fois une institution de sauvetage et de sauveteurs et une société de bienfaisance, de moralisation et d'encouragement au bien".

Sa devise : "La Mort plutôt que le Déshonneur".

La Société s'engage à patronner, à soigner, à assister et à secourir les sociétaires malades et à donner des pensions aux sociétaires âgés, blessés ou infirmes. Elle s'engage également, sous le patronage des Dames Hospitalières Bretonnes, à prendre soin des veuves et des orphelins des sauveteurs décédés, victimes de leur dévouement. Elle oeuvre d'abord sur les côtes des CINQ départements Bretons (a l'époque, la Loire Inférieure (Atlantique) faisait encore partie de la Bretagne) puis étend son activité sur le reste des côtes de France.

Ils seront reçus dans une maison de retraite : "Les Invalides du dévouement".
Hélas, au bout de quelques années, par insuffisances de ressources, les maisons furent fermées : la société dut abandonner la partie hospitalière pour ne rester qu' une "Œuvre de Sauvetage".

Ils consacrent alors pleinement leur énergie au sauvetage.

Les sociétaires des HSB sont novateurs et très volontaires, mais ont de petits moyens. Ils utilisent des canots pour le sauvetage côtier (blancs à liston bleu) conçus et construit par Albert Henry à La Rochelle et des canots de sauvetage hauturiers insubmersibles et à redressement de 6,50m à 10,50m, à voiles et avirons ou à moteur, au Havre, Saint-Malo, Saint-Cast, Portsall.


Henri Nadault de Buffon


Le Loch en Primelin, Pors-Poullan en Plouhinec, Port-Navalo, Piriac. Ils entretiennent des rapports étroits avec la SCSN et les épaulent et les soutiennent dans leurs actions. On les rencontre près des plages et des côtes dangereuses, affectés au sauvetage des baigneurs et des navires. Les sauveteurs sont généralement des retraités de la Marine Nationale. Leur présence rassurante au bord des plages contribuera à leur assurer la sympathie et l'admiration du public.

Entraînée par de puissants animateurs parmi lesquels on peut citer : le Commandant COIGNERAI et M. Léon BERTHAUT, elle établit environ 300 petits postes côtiers s'échelonnant sur les côtes de France depuis le Havre jusqu'à Bordeaux, sur les fleuves et les rivières.
Chacun de ces petits postes était muni en tout ou partie des engins de sauvetage suivants :
Bouées, Lignes Brunel, Gaffes, Dragues, Boîtes de secours, Appareils de réanimation, etc...
Un certain nombre de plages possédait en plus de petites embarcations de patrouille servant à la surveillance des baigneurs au cours de la saison, ce dernier engin étant l'engin le plus efficace.

Côté éducation, ils donnent des cours de natation ouverts à tous pour apprendre aux gens à nager, afin d'éviter des drames. En interne, les HSB organisent des stages de formation aux nouvelles méthodes de réanimation et aux nouvelles techniques de sauvetage.
Ils installent des stands dans toute manifestation où ils peuvent sensibiliser les foules aux risques maritimes et aux besoins matériels des HSB et où ils peuvent récolter des fonds.



C'est par le petit peuple, à travers quêtes et troncs, mais aussi par de riches particuliers ou du mécénat d'entreprises que la Société trouve son budget pour la création de nouveaux postes ou stations, l'achat et l'entretien des matériels et bâtiments.

Leur slogan : "Soyez bon et charitables. Donnez aux HSB. Vous contribuerez à sauver des vies humaines", ou encore :



Poste HSB à La Baule © 10

Doris des HSB © Inconnu

Canot HSB d'Audierne © Jean


UN SAUVETEUR PARMI D'AUTRES

Mon grand-père, Pierre-Jean Guégaden était sociétaire des Hospitaliers Sauveteurs Bretons. Le 8 décembre 1936, à 7 heure du matin, il plongea tout habillé pour sauver un homme en train de se noyer. Il obtint pour ce sauvetage la médaille d'Honneur des HSB et la Médaille de Bronze du Courage et du Dévouement du Ministère de l'Intérieur.


Pierre-Jean Guégaden 1899-1993


LES PUBLICATIONS

Annales du Bien

Affiche HSB


"Les Annales du Bien" (tout est dans le titre...) sont le nom du lien de communication entre les sociétaires, les généreux donateurs et les administrateurs de la Société des Hospitaliers Sauveteurs Bretons.
On y trouve périodiquement toutes les nouvelles de la Société. Les informations relatives à l'Administration : Mouvements des administrateur, comptes de la société, citation des donateurs, sociétés et riches particuliers, ainsi que les comptes-rendus des Assemblées Générales. On y trouve également toutes les informations relatives aux créations de stations, aux subventions et aux matériels affectés aux stations, aux rapports des stations locales et leurs faits de sauvetage. On y valorise "le Bien", exalte le courage et l'abnégation et on y cite les récompenses accordées aux valeureux sauveteurs. On y trouve enfin des informations et études sur les nouvelles techniques de sauvetage et le retour d'expérience des sauveteurs.


LA SITUATION APRES LA SECONDE GUERRE MONDIALE

(Déclaration de 1951)

La guerre de 1939-1945 avait, à proprement parler, détruit le matériel existant dans la plupart des postes et des stations. Il avait été ravagé par les pillages ou les bombardements qui se sont produits au cours de l'occupation.
Seul, le cadre de l'organisation subsistait à la Libération.
A partir de ce moment, sans attendre l'aide de l'administration tout a été mis en œuvre pour reconstituer la Société.
Ce travail est maintenant avancé, grâce à l'aide massive du Ministère de la Marine Marchande.
ll reste cependant encore beaucoup à faire.


Les petits postes.

Les 300 petits postes côtiers sont pratiquement reconstitués. Les menus engins de sauvetage sont pour la plupart à pied d'œuvre. Il existe en particulier, une soixantaine de petits canots de plage avec ou sans moteur.
Les populations maritimes de nos côtes trouvent aux points les plus dangereux, le matériel nécessaire pour porter secours aux accidentés de l'eau. Le Finistère est un des départements côtiers les mieux pourvus.
L'organisation demande toutefois encore à être complétée, puis développée, car le matériel existant sera toujours insuffisant.
L'essentiel seul est réalisé.


Les grandes stations.

Il n'en est pas encore de même pour le grand sauvetage. Ici, les dépenses sont considérables. Les dépenses totales à prévoir sont de l'ordre de 300 millions.
La reconstitution dépend des crédits que l'État peut mettre chaque année à la disposition de la Société.
Des grands canots modernes ont été commandés.
Ce sont de canots de 14 m. 50, munis de deux moteurs Diésel réalisant une vitesse de 9 nœuds, capables de marcher 35 heures sans arrêt et de se porter ainsi à plus de 150 milles de leur port d'attache.
Ils sont munis, en plus des appareils usuels de navigation, d'un appareil de radiotéléphonie, d'appareils lance-amarres, etc...
Ils possèdent enfin une infirmerie complètement indépendante où il est possible de donner tous les soins nécessaires aux accidentés de la mer. Ceux-ci à l'abri du vent, des embruns et du froid n'auront plus à attendre pour être soignés et réconfortés, le retour au port. Grande innovation sur les canots de sauvetage français dont l'avenir dira tous les bienfaits.

Un de ces canots a été inauguré à Sainte-Evette en rade d'AUDIERNE, le 20 Mai 1951. C'est le «NADAULT-de-BUFFON».
Un deuxième a été inauguré à Saint-Cast, le 8 Juillet 1951. C'est le « Commandant COIGNERAI ».

Deux autres seront mis très prochainement en Service

  • un à l'ABER-WRACH, le « François-ROLLAND »,
  • un à GRANDVILLE, le « Commandant-YVON ».

Enfin, un cinquième, l'« Yvon-SALAUN », destiné à PORTSALL vient d'être mis en chantier.
Avec cette flotte, les marins naviguant sur les côtes Nord de la Bretagne et la pointe Sud du Finistère seront bien protégés.


Aber Wrac'h-"François Rolland" © ???


Audierne-"Nadault de Buffon" © Jean

Portsall-"Yvon Salaün" © Assoc. Yvon Salaün


Le « NADAULT-de-BUFFON » a déjà eu l'occasion de montrer la nécessité de sa présence à Sainte-Evette.
Deux équipages de langoustiers ont été sauvés en baie d'AUDIERNE ainsi que les langoustiers eux-mêmes et ce qu'ils contenaient.
Honneur aux Équipages Sauveteurs.


MEDAILLES DES HOSPITALIERS SAUVETEURS BRETONS

La Société accorde des récompenses aux Sauveteurs qui, au péril de leur vie ont sauvé la vie de leur prochain : Diplômes, Insignes, Médailles sont la juste récompense du dévouement.
Les récompenses sont fort appréciées par les bénéficiaires. Elles témoignent dans les familles de la valeur de l'intéressé. Elles servent aussi d'exemple pour les enfants et les petits-enfants.
En plus, l'Assemblée Générale annuelle de la Société décerne des prix en espèces importants provenant de dons, legs divers aux Sauveteurs les plus méritants.


Insigne HSB

Médaille d'Honneur
(Avers)

Médaille d'Honneur
(Revers)

???
(Avers)

???
(Revers)

Médaille de bronze
(Avers)

Médaille de bronze
(Revers)


Les Sauveteurs des Hospitaliers Sauveteurs Bretons Reçoivent aussi les mêmes médailles que les sauveteurs de la SCSN : Les Médailles du Courage et dévouement, Médailles d'Honneur du Mérite Maritime et décorations de l'Ordre du Mérite Maritime de la Marine Marchande, ainsi que les médailles du Courage et dévouement du Ministère de l'Intérieur.


MEDAILLES

Depuis la création des HSB en 1873, ces différentes médailles, dans différents types et différentes classes, ont pu être accordées aux sauveteurs.


Ministère Intérieur
Courage dévouement

Marine Marchande
Ordre Mérite Maritime

Marine Marchande
Médaille d'Honneur
du Mérite Maritime

Marine Marchande
Courage dévouement

Hospitaliers
Sauveteurs Bretons

République Française
Ordre de la
Légion d'Honneur


BRIC A BRAC

Tronc HSB

Insigne HSB de boutonnière

Ecusson HSB

Ecrin à Médaille

Annales du Bien 1er trim. 1957

Carte postale HSB

Médaille de table pour Services rendus
Avers



Insigne
des HSB

Médaille de table pour Services rendus
Revers